DES FEMMES DE L’OPPOSITION DANS LES RUES DISENT " ÇA SUFFIT " AU RÉGIME DE FAURE GNASSINGBE



"Grande marche des femmes", c'est le nom donné à la manifestation des femmes ce samedi à Lomé et dans certaines villes du pays sur appel de la coalition des 14 partis de l'opposition. Elle a mobilisé des jeunes filles et  mères de famille qui ont protesté contre de "régime des Gnassingbé " au pouvoir depuis 50 ans.

Elles étaient des milliers à descendre dans les rues, vêtues majoritairement de noir, pour manifester leur dégoût envers le régime "cinquantenaire et dictatorial des Gnassingbé" qui selon elles régentent le Togo depuis plus d'un demi-siècle. Partie des quartiers Totsi et Adidogomé, la marche a chuté à Casablanca. Là, quelques-unes des manifestantes ont pris la parole pour dénoncer les conditions de vies pénibles et dire "ça suffit" au président Faure Gnassingbé.

Les femmes, commerçantes au grand marché de Lomé, présentes à la manifestation, n'ont pas manqué l'occasion de faire cas de la misère qu'elles vivent depuis l'incendie dudit marché et celui de Kara en janvier 2013. Vu leur situation de plus en plus déplorable, elles ont décidé suite à cette manifestation, prendre le devant de la lutte au côté de la coalition pour "fini définitivement" avec le "clan Gnassingbé".

Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition des 14 partis de l'opposition qui était au-devant de la marche, a quant à elle,  salué la forte mobilisation des femmes à la manifestation et les a encouragé à rester mobilisées jusqu'à l'aboutissement de la lutte. Elle les a invités à demeurer dans la prière afin que Dieu assiste le Togo dans la lutte entamée depuis le 19 août 2017.

Elle a également fait un bref bilan de la tournée d'une délégation de la coalition sur Conakry (Guinée) et Accra (Ghana). En le faisant, Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson a indiqué que " c'est un devoir de rendre compte à la population " et a invité Faure Gnassingbé à faire de même en tant que chef d'État.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire