LA COALITION DE L’OPPOSITION PASSE A L’OFFENSIVE DIPLOMATIQUE POUR FAIRE ÉCHOUER LE PROJET DE REFERENDUM DU POUVOIR



Alors que la tenue du dialogue annoncée pour une sortie de crise se trouve dans l’impasse et face à la détermination du pouvoir de Lomé d’organiser le référendum pour acter les réformes politiques, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition passe à l’offensive diplomatique cette semaine pour faire entendre raison le pouvoir de Lomé, d’abandonner sa voie suicidaire de référendum pour des réformes consensuelles telles que recommandées par l’Accord Politique Global (APG) signé en 2006. Lundi, une délégation de la coalition sera à Conakry (Guinée) pour rencontrer le président Alpha Condé et mardi, la même délégation sera reçue à Accra par Nana Akufo Addo, le président ghanéen  afin de faire le point de la situation et d’accélérer la médiation pour l’ouverture du dialogue. 

5 mois après la crise, les deux camps : pouvoir-opposition campent sur leur position et  la situation s’enlise. Aucun des camps n’entend lâcher  du leste en vue d’un dialogue de sortie de crise. Lequel dialogue recommandé par le dernier sommet des chefs d’États et de gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui a par ailleurs, mandaté le Ghana appuyé par le Bénin et le Burkina-Faso de conduire la médiation pour une résolution de la crise.

De sources bien introduites, ces nouveaux contacts entre l’opposition et les deux Chefs d’États de la sous-région qui sont très actifs dans le dossier togolais devraient amener l’opposition à plus de souplesse dans ses revendications afin d’amener le pouvoir à abandonner son projet de référendum en vue de l’ouverture du dialogue pour des réformes consensuelles.

En entendant le dialogue, les deux camps étaient dans les rues samedi 13 janvier. Les uns pour marcher pour la paix et réclamer la tenue du référendum et les autres pour un retour à la constitution de 1992, le vote de la diaspora, la libération des détenus politiques et surtout le départ de Faure Gnassingbé du pouvoir.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire