LE GOUVERNEMENT ANNONCE UN NOUVEAU CADRE DE DISCUSSION, LA CSET PREND ACTE



Le Chef du gouvernement, Sélom Klassou a rencontré jeudi à Lomé les différents syndicats des enseignants pour faire le point sur les avancées de la mise en œuvre de leur plateforme revendicative. Au sortir de la rencontre, il a été décidé de la mise en place, au cours de la semaine prochaine, d'un nouveau cadre de réflexion afin de réfléchir sur les difficultés que connaît le secteur de l’éducation au Togo.
 
Cette décision du gouvernement de la mise en place d'un nouveau cadre de discussion fait suite à une nouvelle plateforme revendicative des enseignants. Et d'après le premier ministre certains points inscrits sur la plateforme sont déjà pris en charge ou en cours mais malheureusement créent une pomme de discorde entre les deux parties.
Le nouveau cadre de discussion permettra donc au gouvernement et aux syndicats de réfléchir et de trouver des compromis. 
D'après le premier ministre, le gouvernement est toujours disposé à écouter les différents acteurs afin de trouver une solution à la crise.
"L’exercice de ce matin est pour dire que le gouvernement est disponible à écouter et à échanger avec les différents acteurs en vue de trouver des solutions adéquates", a déclaré le Chef du gouvernement.
Il a ensuite relevé qu'il est primordiale de trouver une issue à crise éducative qui sans " équivoque " impacte négativement l'économie du pays.
"Ces grèves à répétition entraînent la perception défavorable du pays chez les investisseurs, pénalisent en retour la croissance économique, amenuisent la mobilisation des ressources et plombent la redistribution des richesses", a souligné Sélom Klassou.
Au cours de la rencontre, le premier ministre Klassou a aussi rappelé les efforts consentis par le gouvernement depuis 2005 en vue d'une amélioration des conditions de travail des enseignants.
D'après les statistiques présentées par le Chef du gouvernement,  les salaires des enseignants de toutes les catégories soit  A1, A2, B, C et D ont connu des  évolutions à partir de 2005. S'agissant des primes incitatives à la fonction enseignante, elles ont connu des évolutions à partir de 2011.
Ainsi, les primes de rentrée et de bibliothèque, sont passées de 120.000 francs CFA par an  à 150.000 francs CFA pour chaque enseignant en 2015.
Pour ce qui est de la mise en place d'un nouveau cadre de discussion, la Coordination des syndicats des enseignants du Togo (CSET) dit avoir pris acte et espère que les discussions vont vite évoluer afin que le problème soit définitivement résolu. De même elle rappelle que sa préoccupation majeure est la mise en œuvre du statut particulier des enseignants.
"Nous prenons acte de ce qu’un nouveau cadre de discussion sera mis en place parce que la pression sur le terrain est de taille. Nous souhaitons que dès cette semaine, qu’on nous communique clairement l’agenda. Dans tous les cas, nous avons envoyé un courrier au Premier ministre après qu’on nous a invités ici à cette réunion. Il faut qu’on fasse tout dans un délai de deux semaines" a déclaré Atchou Atcha, coordinateur du CSET.
Pour rappel, depuis le début de l'année scolaire 2017-2018, les enseignants ne cessent de multiplier les grèves pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail.
Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire