LES JEUNES TOGOLAIS POUR UN DIALOGUE SOCIOÉCONOMIQUE, IMPATIENTS DE RENCONTRER LE PRÉSIDENT FAURE GNASSINGBE




La Population risque de ne plus suivre à l’avenir quelque mot d’ordre que ce soit venant de la Coalition des 14 partis. La preuve, peu sont les Togolais qui ont pris part à leur dernière manifestation du 13 Janvier. Une date historique qui a plutôt déçu. La date n’a pas déçu. C’est l’Opposition qui est entrain de décevoir ses partisans et sympathisants. Ils réalisent que ceux qui leur ont promis ciel et terre sont des incapables politiques. Ils se rendent compte qu’ils les ont trompés, qu’ils les ont détruits économiquement.

Plusieurs qui sacrifiaient leur boulot pour aller manifester se sont abstenus de manifester le week-end dernier. « On nous avait promis que Faure Gnassingbé allait quitter le Pouvoir en un rien de temps. Mais cela fait déjà plus de 5 mois que l’on se mobilise, mais jusqu’alors rien. Je ne veux plus perdre mon temps pour rien », clame Ayi qui fait ses petites affaires au « Carrefour Dékon ».  Le Jeune homme affirme aussi se rendre compte  que la Coalition ne roule pas pour le peuple comme elle prétend le faire. « Cette crise leur profite en voyant le déroulement des choses. Depuis que nous, nous perdons nos énergies pour manifester, eux passent leur temps dans les avions. Et ils reviennent avec des primes. Et nous, on gagne quoi dans tout ça ? » S’interroge-t-il.

Kodjo aborde presque dans le même sens : « C’est comme ça ils viennent nous tromper à la plage, et après ils vont chez Ouattara prendre des sous. Nous ne voulons plus marcher pour enrichir ces opposants incapables ».  L’homme d’une quarantaine d’années qui regrette avoir suivi ces opposants pendant des années inutilement s’interroge sur le dialogue politique annoncé. « De quel dialogue nous parlent-ils ? Qu’est-ce que ça va nous rapporter ? Nous, on a faim. C’est un dialogue qui va beaucoup plus leur profiter. Limitation de mandat et scrutin à deux tours nous rapportent quoi exactement ? Ce qui importe maintenant, c’est un dialogue socio-économique puisque le pays a perdu des milliards ces derniers mois ». L’Homme et plusieurs autres interrogés optent pour un dialogue socio-économique. Ils estiment qu’il faudrait que les acteurs politiques s’asseyent pour discuter des questions économiques du pays, à comment faire venir les investisseurs au pays et comment amener les investisseurs à créer plus d’emplois pour la jeunesse. « Si l’Opposition ne veut pas de ce dialogue socio-économique, le Président de la République peut engager des discussions avec des partenaires sociaux ».

Ce père de famille applaudit des deux mains la démarche présidentielle qui met la jeunesse au cœur des débats. Le Chef de l’État veut maintenant dialoguer avec les jeunes. Il y consacrera assez  de temps. Il l’a annoncé dans son discours de vœux du 3 Janvier  dernier.  Cette rencontre permettra au Président de la République de recueillir les attentes des jeunes et de débattre avec eux des différents projets qu’il compte mettre en œuvre pour cette couche. Comme projets annoncés par le Président Gnassingbé, figurent ceux relatifs à la récompense du mérite scolaire, au renforcement de l’autonomie et à l’appui de l’entrepreneuriat. Le Président Togolais indique aussi un quota allant à 20% pour les entreprises des jeunes et des femmes dans l’attribution des marchés publics ainsi qu’un allègement des procédures à ces derniers sont prévus. Il a également dit qu’un accent sera mis sur la qualité de la formation professionnelle, car c’est d’elle que proviennent les outils et compétences nécessaires à une réelle participation des jeunes au développement du pays.

Autres mesures annoncées par Faure Gnassingbé. Dis nouveaux instituts de formation pour l’Agro-développement dont les travaux ont démarré en début du mois de décembre 2017 seront créés au cours des 5 prochaines années.

Sur le plan politique, Faure Gnassingbé a mis un accent sur la décentralisation et les élections locales qui permettront selon lui d’éclore des talents qui contribueront de la façon la plus efficace à la construction de ce pays.

La jeunesse Togolaise est en train de se retrouver. Si entre temps, elle se croyait abandonnée, elle se dit que le Chef de L’État est en train de se rattraper. Elle est maintenant comblée. Elle ne veut plus suivre ses opposants qui n’aiment pas leur pays.  Le Président est en train d’occuper de nouveau  le terrain. Les Opposants ont perdu du temps à cette Jeunesse, ont détruit leur économie et l’économie de leurs parents. Le Chef de L’État leur vient à la rescousse. Il va échanger avec eux. C’est de ce dialogue dont le pays a besoin. Un dialogue qui planchera sur la jeunesse, ses difficultés, ses attentes et son avenir.  

La Rédaction
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire