RGE: L’INSEED SOLLICITE LA COLLABORATION DES OPÉRATEURS ÉCONOMIQUES POUR SA RÉUSSITE

 

Du 1er février au 31 mai prochain se tiendra sur l’ensemble du territoire national le recensement général des entreprises (RGE). A quelques jours de cette date, dans un communiqué dont nous avons copie, l’Institut National de la Statistique et des Études Démographiques (INSEED) coordonnateur du recensement, invite tous les opérateurs économiques à contribuer à la réussite de cette initiative en réservant un bon accueil aux agents recenseurs.


Le recensement proprement dit qui démarre le 1er février consistera au dénombrement des unités économiques.


Elle ne peut être une réussite sans la complicité des opérateurs économiques. C’est dans ce sillage que la direction générale de l’INSEED invite les opérateurs économiques,  les directeurs de sociétés et les hommes d’affaire de tout secteur d’activité, à favoriser la tâche aux différents recenseurs qui seront déployés sur le terrain. Aussi, l’INSEED les  prie de fournir les informations correctes aux agents recenseurs pour le succès de cette opération d’intérêt national.


Initié par le gouvernement togolais avec l'appui des partenaires au développement en l’occurrence l'Union Européenne et la Banque Mondiale  et exécuté par l’Institut National de la Statistique et des Études Démographiques (INSEED), le RGE  permettra  au Togo de se doter d’une photographie détaillée des activités économiques menées dans le pays.  Elle permettra également au gouvernement de pouvoir déterminer le poids réel des entreprises aussi bien du secteur formel qu’informel dans le tissu économique national. A la fin du processus, les résultats permettront à l’INSEED de procéder à un nouveau calcul du produit intérieur brut (PIB) du pays.


Pour Koame Kouassi (Photo), directeur général de l’INSEED, le nouveau RGE est une nécessité et dotera le Togo des réelles données pour l’orientation de son développement.


« Presque 15 ans après, les données que nous disposons ne permettent plus d’apprécier la situation réelle des entreprises formelles et informelles pour accompagner les prises de décisions et les actions des gouvernants et des partenaires » nous a-t-il confié.


Il est à noter que le dernier dénombrement des entreprises réalisé au Togo date de 2003 et a été limité seulement à Lomé dans la capitale et ses environs et n’avait couvert que les entreprises de type moderne.


Pour rappel, le RGE n'a rien à voir avec les objectifs de l'Office Togolais des Recettes (OTR). Il est une opération purement statistique qui sous d’autres cieux (Nigéria, Ghana ou encore le Sénégal) a permis d'améliorer le niveau du PIB des pays. Ce qui a ouvert de nouvelles perspectives à ces pays : possibilité de faire des emprunts plus qu'avant par rapport au niveau de la dette de ces pays, augmentation de la masse salariale avec l'accord du FMI et la BM etc.



Ainsi au Togo, le gouvernement  espère qu’avec la réussite de cette opération, il pourra valoriser le PIB du pays et obtenir les avantages qui en découlent.



Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire