CHEFFERIE A MENENOU : LA POPULATION RÉCUSE AFOLAVI MALGRÉ LES MENACES DU PRÉFET ALIBO



On ne le dira jamais assez, le problème de la chefferie  traditionnelle au Togo, constitue une bombe à retardement dans  beaucoup de villages. Le dernier à être en proie à cette situation  c’est  Monénou, un village du canton de Tokpli dans la préfecture de Yoto, auquel nous avions consacré un   article, il y a quelques jours.

Quelques   jours  après, les échos  qui  nous  parviennent  sont  très loin d’être  reluisants. Sans  être trop  alarmiste,   il  est à craindre pour la cohésion sociale et le vivre ensemble dans cette contrée du Togo eu égard au dernier développement de la situation  qui  y prévaut  depuis que le Monénou s’est décidé d’avoir un chef.

En  voulant  mordicus  imposer  Afolavi Amavi  comme  chef de  ce village, le Chef Canton de Tokpli, Togbui Toudji et le préfet de Yoto, Alibo Yao  risquent de faire  sauter le couvercle sur la marmite dont  l’eau  bouillonne déjà à  mille degrés sur le feu.

Selon  les  sources  proches du dossier, les  villageois   se  disent  prêts  à faire feu de tout bois pour empêcher  l’imposition de ce  chef qui  les révolte. Ceux-ci  d’ailleurs  qui récusent cette personnalité eu égard  à sa probité morale  qui laisse à désirer.

«On  tiendra responsable le Chef canton et le préfet Alibo Yao de toute violence qui sera orchestrée dans le village, si on s’entête  à introniser le sieur Amavi. La population, condamne fermement les magouilles et le  coup de force pour imposer un chef contre leur volonté, pire encore une personne à sans moralité »,  a confié une source. Et d’ajouter :

« Tout ce  que l’ensemble du village réclame c’est l’annulation pure et simple, du décret signé par le ministère, reconnaissant Afolavi Amavi   comme chef de Monénou ».

Selon les informations, les villageois se sont mobilisés massivement et ont envoyé leur avertissement sans cesse répétés  aux  autorités  pour attirer  leur attention sur la personnalité du sieur Afolavi Amavi. Ce dernier à en croire les témoignages  à un passé très lourd dans les affaires judiciaires.

« Les  villageois craignent  que leur village ne devienne une plaque tournante pour les voleurs, et toute sorte manigances illicites surtout  eu égard à leur situation géographique (favorable à l’accès immédiat du fleuve mono, donc directement ouvert sur le Bénin)», a expliqué la source citée plus haut», nous confie la source avant de poursuivre

«La grande question que nous nous posons est que le Chef Canton de Tokpli connait bien le sieur Afolavi Amavi dans ses œuvres ignobles  (vol et complicité) qu’il  mènent  dans le villages, mais malgré tout cela l’épaule dans ce mauvais chemin. Alors que le sieur Afolavi Amavi qui ne se figure même pas dans les ayants droit  des Chefs dudit village».

Le moins qu’on puisse dire est  que  ce problème de chefferie  à Monénou prend des proportions très inquiétantes et  faire fi des  excès de  colère de la population et vouloir leur imposer un chef , est suicidaire  pour  les autorités  mises en cause notamment.

Au regard de ce que revêt le trône royale pour les populations, il est de bon ton  pour les autorités compétentes, en l’occurrence le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des  collectivités locales, de prendre la mesure de la situation, pour sauvegarder  ce qui reste de la cohésion sociale dans ce village.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire