LES DERNIERS RÉGLAGES AVANT L’OUVERTURE DU DIALOGUE LE 19 FÉVRIER



Cet après-midi, le comité préparatoire du 27èm dialogue inter-togolais se réunit en séance de travail à l’hôtel 2 Février pour baliser la voie à l’ouverture du dialogue prévu pour le lundi 19 février prochain à Lomé, en présence du médiateur, le président ghanéen Nana Akufu Addo qui sera à Lomé le dimanche, selon nos sources.

Composé des membres du pouvoir et de la coalition des 14 partis de l’opposition, le comité préparatoire du dialogue va se plancher essentiellement sur les préalables de l’opposition et de la question des participants des pourparlers.

Concernant les préalables, l’opposition exige entre autres : "la libération immédiate et sans conditions, de tous les prisonniers politiques, la libération des personnes détenues dans le cadre de l’affaire des incendies de Lomé et de Kara, l’arrêt immédiat des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l’encontre des militants et dirigeants des partis politiques de l’opposition, l’arrêt immédiat des entraves à l’exercice du droit constitutionnel de manifestation dans plusieurs villes de l’intérieur du pays".

S’agissant de la participation d’autres acteurs issus de la classe politique, de la société civile et éventuellement des personnes ressources, les deux protagonistes de la crise restent divisés sur la question.

Le pouvoir de Lomé souhaite un dialogue inclusif tandis que la coalition de l’opposition revendique le droit à elle seule de discuter avec le parti au pouvoir afin de gagner du temps pour une sortie rapide de la crise.

Face à ces différents, les deux camps ont jusqu’au samedi 17 février au plus tard pour trouver un terrain d’entente avant l’ouverture du dialogue le 19 février.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire