GROGNE SOCIALE : LE SYNPHOT VEUT SE PAYER LA TÊTE DE MUSTAPHA MIJIYAWA



La grève s'accentue dans le secteur sanitaire au Togo. Les médecins durcissent le ton et réclament désormais la tête du ministre en charge de la santé, Prof Mustapha Mijiyawa.


Le Syndicat des Praticiens Hospitalier du Togo (SYNPHOT) en  Assemblée générale vendredi au Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio de Lomé (CHU-SO) a réclamé sans condition la démission du ministre Mustapha Mijiyawa, qui tient le portefeuille ministériel de la santé depuis juin 2015.

Pour le SYNPHOT, le ministre Mustapha Mijiyawa serait incapable de répondre aux aspirations des médecins. Il n'aurait pas convaincu en matière de gestion de la crise qui mine le secteur sanitaire. Durant les trois ans qu’il est à la tête du ministère de la santé, Mustapha Mijiyawa fait des revendications du corps médical, le dernier de ses soucis.  En effet depuis la crise, celui-ci n’a jamais cherché à échanger et comprendre  les responsables du SYNPHOT sur leur plateforme revendicative. Voilà pourquoi il pense que la démission pure et simple lui est convenable.

A la même occasion, les praticiens hospitaliers ont lancé une nouvelle grève sèche de 72 heures courant  semaine prochaine afin d’exiger  la satisfaction de leur plateforme revendicative. Cette grève, c’est pour aussi demander au gouvernement de mettre  fin aux « harcèlements contre les médecins-professeurs Ihou et Dosseh dans l'affaire dite de manipulation de note à l'Université de Lomé ».

« S'agissant du nouveau mot d'ordre de grève, il a été demandé par la base. Elle a exigé la reconduction de la grève sèche la semaine prochaine. Il faut donc s'attendre à la fermeture des hôpitaux cette semaine. Seuls les services de réanimation, d’hémodialyse et le centre national de transfusion sanguine (CNTS) resteront opérationnels » indiquent les responsables du SYNPHOT

La semaine prochaine s'annonce déjà perturbée dans les hôpitaux et la réaction du gouvernement de vivement attendue

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire