LA C14 MET A PRIX LA TÊTE DE FAURE GNASSSINGBE POUR UNE SORTIE DE CRISE


Pour une sortie de crise, la coalition des 14 partis de l’opposition demande que les réformes constitutionnelles et institutionnelles puissent porter sur : les conditions d’éligibilité du Président de la République, la limitation de mandats avec la mention « En aucun cas,… », le mode de scrutin uninominal à deux tours pour l’élection du Président de la République, les prérogatives et le mode de désignation du Premier ministre,  la recomposition de la Cour Constitutionnelle et surtout la non-participation de Faure Gnassingbé à la présidentielle de 2020.

Face à la presse lundi à Lomé, la C14 est revenue sur le contenu  et les résultats des discussions de vendredi dernier dans le cadre du dialogue inter-togolais.

Pour la C14, les discussions bloquent parce que le pouvoir RPT-UNIR pense que les réformes ne doivent pas emporter Faure Gnassingbé (Photo).

Mais à la C14, Faure Gnassingbé, qui est dans son 3e mandat ne doit plus se présenter à l’élection présidentielle de 2020. « S’il le pense, il se trompe », a déclaré Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition.

« Nous ne pouvons pas laisser Faure Gnassingbé être candidat en 2020. Ce n’est pas possible, personne ne l’accepte au Togo donc nous ne pouvons pas l’accepter. Il ne peut pas refuser de mettre en application l’accord politique global et venir nous dire après trois mandats qu’ils comptent pour du beurre, c’est nous prendre pour des imbéciles », a-t-il insisté.

Cependant, la C14 est favorable à une transition avec Faure Gnassingbé. Une période au cours de laquelle, les autorités de transition auront en charge l’administration du pays, la mise en œuvre des réformes électorales et l’organisation consensuelle des prochaines élections locales, législatives et présidentielles.

A la C14, la balle est désormais dans le camp du régime qui reste campé sur sa position.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

1 commentaires:

  1. Tout cela c'est du pipo pour le peuple qui n'y trouve pas son compte. Une fois de plus, la classe politique togolaise traditionnelle africaine prouve, depuis les indépendances fictives, que son seul souci est d'indigeniser le gâteau colonial dont la source causale est la bulle papale vampire maudite criminelle de Nicolas 5 de 1454 qui a été mis en œuvre à Berlin en 1884. Pour nous, il n'est nullement question d'organiser un remplacement de l'équipe en place pour que les nostalgiques, les frustrés de l'ablode se rachète, se sucrent enfin.Non il s'agit aujourd'hui que les vrais détenteur de la souveraineté ancestrale sacrée africaine retrouve leurs prérogatives. Pour nous,ce n'est pas une question d'élection mais de refondé. l'État unitaire féodal jacobin néocolonial est en faillite liquidation, il s'agit d'appeler à la tenue des états généraux communautaires pour lancer la formation de la nouvelle société togolaise, l'État fédéral communautaire du Togo nouveau.

    Vérité, unité, diversité.

    RépondreSupprimer