MISSION-TOVE DÉTERMINÉ A ÊTRE LE CHEF-LIEU DE ZIO-2


L’affaire fait grand bruit et continue de diviser les populations de Mission-Tové et de Kovié. Depuis le 22 novembre 2017, quand par décret n°2017-13/PR du 15 novembre 2017, le gouvernement  attribuait le chef-lieu de la commune de Zio-2 au canton de Kovié au détriment de Mission Tové, plus rien ne va entre les deux cantons voisins. Cette décision qui va à l’encontre du vote des députés sur les 116 communes au Togo passe mal à Mission Tové. En meeting samedi à Ablomé pour la 3e fois consécutive, la population de Mission-Tové, un canton situé dans la  préfecture de Zio (environ 30 km de Lomé), ont invité le gouvernement togolais a annulé sa décision pour ne pas saper le vivre ensemble entre les deux cantons et surtout de préserver la cohésion sociale en rectifiant ce qu’elle qualifie d’injustice.

Au cours du meeting les responsables du Comité d’Appui pour le Développement Intégral du canton de Mission-Tové (CADI-MT) ont expliqué à la population les différentes démarches entamées pour se faire entendre par le gouvernement en vue de l’annulation du décret faisant de Kovié le chef-lieu de Zio-2. Sans pour autant convaincre l’assistance de la portée de leur démarche, la population a décidé de prendre le devant de la lutte. Du coup, elle a manifesté dans les rues du canton de Mission-Tové. Une marche qui a eu pour point de chute la maison de Togbui Kpelly. Chef canton de Mission-Tové.

Et là, la population a exprimé sa détermination à tout faire pour que Mission-Tové redevienne le chef-lieu de la commune de Zio-2 tel que l’ont décidé les élus de la nation en juin 2017. Elle estime que Mission-Tové a les critères historique, démocratique et économique pour être le chef-lieu de la commune de la localité

Pour Rodrigue Akolatsé, conseiller du CADI-MT, attribuer le chef-lieu de commune au canton de Kovié est une injustice criarde commise contre un peuple et son histoire, puisque Mission-Tové a été reconnu canton par l’administration française d’outre-mer en juillet 1936 et a eu à administrer le village de Kovié pendant 62 ans.

« Quand il s’est agi de représenter la vallée du Zio à Dakar en 1953 à l’époque coloniale où le général de Gaulle de France devrait effectuer un voyage sur le Sénégal, c’est le Chef canton de Mission-Tové d’alors Jean Bernard Kpelly  Kutonou  qui a représenté toute la vallée », a-t-il affirmé avant d’ajouter «  le 14 avril 1893 Mission-Tové a ouvert ses portes à l’Église évangélique  presbytérienne du Togo. Aujourd’hui cela fait 125 ans. Mission-Tové est donc le berceau de l’Église évangélique au Togo » a-t-il soutenu.

« Accepter Kovié comme chef-lieu aux dépens de Mission-Tové sera un affront qui va sans nul doute compromettre leur futur tout en «  aidant silencieusement  le voisin à hypothéquer leur avenir » a-t-il conclu.

Cette volonté de faire de Kovié, le chef-lieu de la commune au détriment de Mission-Tové qui  serait l’œuvre de Kodjo Adédzé, commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR) et l’un des vice-présidents de l’Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir a été décriée par les manifestants qui demandent au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé de réparer le tort causé à la localité afin de préserver le bon voisinage qui existe depuis belles lurettes entre les deux peuples.

« Nous lançons un appel au Chef de l’Etat à prendre ses responsabilités. Ce qui se passe actuellement est une bombe à retardement qui va saper la cohésion sociale, le vivre ensemble et le bon voisinage entre nos communautés », a indiqué Eli Goka-Adokanou, un des jeunes cadres de Mission-Tové.

Aussi prévient-il que des actions d’envergure seront menées dans  les tous  prochains jours jusqu’à la rectification de cette injustice.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire