DAMA DRAMANI : "A MON AVIS, CE SERA UN VÉRITABLE GÂCHIS SI LA CINQUIÈME LÉGISLATURE S’ACHÈVE DANS UN CONTEXTE CATASTROPHIQUE. L’HISTOIRE NE NOUS PARDONNERA PAS CELA"


Alors que la 5e  législature  tend vers sa fin, la première session ordinaire de l’année 2018 de l’Assemblée Nationale, s’est ouverte mardi à Lomé, au siège du parlement, en présence du  ministre de la Justice et des Relations avec les Institutions de la République, Pius Agbétomey et de la Secrétaire d’État chargée des Droits de l’Homme, Madame Nakpa Polo.. A l’ouverture de la session, Dama Dramani, le président de ladite Assemblée s’est montré préoccupé par la crise sociopolitique que connaît le pays depuis le 19 août 2017. Il a souhaité voir les élus du peuple jouer leurs partitions en vue d’une fin de législature heureuse et surtout d’une sortie de crise.

A cette session ordinaire, les 91 députés togolais que comptent l’Assemblée Nationale, auront à examiner et adopter le projet de loi portant code foncier et domanial, le projet de loi de règlement du budget de l’état exercice 2014 et le projet de loi uniforme sur le contentieux des infractions à la réglementation des relations financières extérieurs des états membres de l’UEMOA.

Attachant du prix à la réussite de la fin de leur mandature, Dama Dramani (Photo) a invité les différentes  commissions permanentes à travailler d’arrache-pied pour examiner tous les dossiers en instance.
Dans son discours, le président de l’Assemblée Nationale, a déploré la crise sociopolitique que traverse le Togo, qui n’est autre que le fruit des divisions entre la majorité et l’opposition parlementaire. Pour lui, l’Assemblée Nationale n’a pas aidé la classe politique à solder les problèmes des réformes constitutionnelles et institutionnelles entre les mois de septembre et d’octobre 2017.

« … les différences d’opinion et d’appartenance politique ont éloigné ces derniers temps, les députés de l’union sacrée que l’assemblée a réussi à créer au départ, autour de nombreuses questions d’intérêt majeur qui engage la vie de la nation. Nous avons terminé la précédente session dans une ambiance de méfiance réciproque regrettable », a déploré Dama Dramani.

Pour Dama Dramani, tout doit être fait par les députés pour sauver la législature.

« A mon avis, ce sera un véritable gâchis si la cinquième législature s’achève dans un contexte catastrophique. L’histoire ne nous pardonnera pas cela », a lancé Dama Dramani.

Rappelons que la 5e législature s’achèvera au plus tard en juillet.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire