GROGNE SOCIALE AU TOGO/ADRIEN AKUÉTÉ BÉLIKI : "IL FAUT ALORS REFORMER LES CADRES DE DIALOGUE SOCIAL"


Depuis 2011, le Togo vit une crise sociale marquée par des grèves intempestives dans le secteur de l'éducation et de la santé. Pour remédier à cette situation qui dure de trop, la Confédération Syndicale Internationale-Afrique (CSI-Afrique) par l'entremise de son secrétaire général adjoint Adrien Akueté Béliki, propose des pistes de solutions basées sur la réforme du cadre de dialogue social et la formation syndicale.

Intervenant sur la radio Victoire FM dans l'émission Audi-actu mardi, Adrien Akuété Béliki a passé en revue les causes et les solutions de la crise sociale au Togo. Pour lui, la structure mise  en place en 2006 à l'issue du dialogue social par le gouvernement est révolue. Voilà pourquoi les mouvements sociaux ont repris. "Il faut alors reformer les cadres de dialogue social", suggère-t-il.

Dans le souci d'éviter les mouvements sociaux dans divers secteurs de la fonction public, Adrien Akueté Béliki (Photo) juge primordial la mise en place  d'un cadre de dialogue social dans tous les départements ministériels et même dans toutes les entreprises au Togo.

"Il ne revient pas au ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara seul d'être au fours et au moulin. La création de cadre de dialogue social dans tous les départements ministériels permettra de prévenir les mouvements sociaux et alléger la tâche au ministre Bawara. Cela permettra et également d'écouter les employés et envisager les solutions", a-t-il précisé.

La réforme du cadre de dialogue dont il parle, doit prendre en compte les représentativités des syndicats. Voilà pourquoi il demande au gouvernement d'organiser des élections de représentativité sociale. 

Il faut, a-t-il précisé "des propositions concrètes avec un chronogramme à l'appui. Éviter la diversion qui durcisse la situation".

En terme de piste de solution à explorer pour résoudre la crise sociale, il propose aux  syndicats de participer au développement du pays, au gouvernement de créer des conditions de discussions régulières et une éducation ouvrière basée sur la formation des syndiqués sur leurs droits et devoirs. Il a également souligné l’importance des subventions des syndicats par le gouvernement sur la base de propositions de projets. 

A la question de savoir la cause réelle des grèves dans le pays, il a indiqué qu'elle est due à la relation qu'entretienne le Togo avec la FMI.

"Une fois qu'on est en accord avec le FMI dans un pays, les premiers à payer les peaux cassées, c'est le employés", a-t-il fait observer. 

Pour lui, la crise sociale est due également à un déficit de communication et non de la crise de confiance comme le prétendent certains. 

"Pas de crise de confiance mais un déficit de communication de la part du gouvernement ", insiste-t-il.

Rappelons que bien avant son poste de SGA à la CSI-Afrique, Adrien Akuété Béliki, fut secrétaire général de la Confédération des syndicats des Travailleurs du Togo (CSTT).

Esaïe EDOH



Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire