Tél:+228 92 42 51 78
latest

POLITIQUE

POLITIQUE/block-3

DIPLOMATIE

DIPLOMATIE/block-4

SOCIETE

SOCIETE/block-5

SPORT

SPORTS/block-3

SANTE

SANTE/block-3

AGRICULTURE

AGRICULTURE/block-1

CULTURE

EDUCATION/block-4

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT/block-6

EDUCATION

EDUCATION/block-4

INTERVIEW

INTERVIEW/block-5

GAPOLA VOUS PROPOSE

15 oct. 2021

Avé 2 : Fondation Huissein Metairek offre un forage d’eau moderne à Bagbé



Bagbé-Route a de l’eau potable. La Fondation Hussein Metairek a inauguré vendredi 15 octobre 2021, en présence des autorités préfectorales, communales et traditionnelles, dans la commune de l’Avé 2, un forage ultra moderne. Financé à plus de cinq (5) millions FCFA, l’ouvrage garantit l’accès qualitatif et quantitatif à l’eau potable aux populations de Bagbé-Route.

Désormais, l’accès à l’eau potable n’est plus un souci pour les populations de Bagbé-Route.

Selon les autorités locales, le problème d’eau à Bagbé est récurrent au point où, un appel a été lancé à la Fondation Hussein Metairek, qui a favorablement volé au secours des populations.

Et vendredi, la Fondation Hussein Metairek a officiellement remis aux populations, un forage ultra moderne, avec un réservoir de 3000 litres pour faciliter l’écoulement de l’eau vers les coins et recoins du village.

Pour David Awokou, Directeur Financier de la Fondation Hussein Metairek, Représentant de Dr Hussein Metairek, Président de la Fondation, l’initiative s’inscrit dans le cadre du volet Eau-Assainissement de la Fondation.

« L’initiative s’inscrit dans le volet Eau-Assainissement. Parce que nous avons trois (3) volets, l’éducation, les eaux et l’assainissement et la santé. Parce que nous croyons que les besoins sont énormes et que le Gouvernement seul ne peut pas couvrir tous les besoins c’est pourquoi quand nous avons écouté les cris de détresse de la population, nous n’avons pas hésité à voler à leur secours et faire de notre mieux », a-t-il indiqué.

Pour Awli Kokou, Maire de l’Avé 2, la réception du joyau vient renforcer l’accès des populations à l’eau potable.

« C’est une joie inestimable pour nous, parce que la Fondation Hussein Metairek vient de nous offrir un joyau en eau potable. Nous ne sommes pas sans savoir que les populations de Badja ont un problème crucial d’eau. Souvent pour bénéficier d’eau, c’est les eaux de ruissellement que les populations s’en vont prendre avec des systèmes de distillation pour les rendre consommables. Donc au nom des populations, je dis un sincère merci », a-til déclaré avant d’inviter les populations à prendre soin du joyau : « Monsieur le Préfet et le Représentant de la Fondation ont dit l’essentiel. Une chose est d’avoir un don. Et la seconde est d’arriver à l’entretenir et naturellement je sais compter sur la population de Badja ».



Une Commission Eau pour la gestion

En effet, pour assurer une meilleure gestion de l’ouvrage réceptionné, il est mis en place une Commission Eau.

Selon Déglo Kokou, Responsable de la Commission, la gestion du forage sera stricte et suivie d’un compte mensuel.

« Quant à la gestion, on pense faire un compte à la fin de chaque mois aux autorités du village. A l’endroit du donateur, nous témoignons notre gratitude d’autant plus qu’ils nous ont dit que notre forage actuel fait au moins 150 m de profondeur. Même avant l’installation du forage, ils nous ont fait gouter l’eau et c’est d’une bonne qualité. Nous disons un sincèrement remercie au donateur », a-t-il indiqué.

Rappelons que la Fondation Hussein Metairek est à son 2ème don de forage dans la préfecture de l’Avé. Le 1er a été réalisé dans l’Avé 1, plus précisément dans le village d’Agbozoumé.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

Togo : COCEC Microfinance marque ses vingt ans par un don aux non-voyants



La COCEC Microfinance est en fête. A l’occasion de son 20ème anniversaire, la Coopérative Chrétienne d’Epargne et de Crédit (COCEC) a fait vendredi 15 octobre 2021, don de vivres et d’enveloppe à une quarantaine de non-voyants à Lomé. Une façon pour l’institution financière de marquer sa solidarité avec ces personnes en situation d’handicap.

Spécialisée dans l’épargne, le crédit et la domiciliation des salaires, la Coopérative Chrétienne d’Epargne et de Crédit (COCEC) est créée en 2001, par un groupe de chrétiens.

En effet, le don qui s’inscrit dans le cadre de la célébration du 20ème anniversaire de la COCEC Microfinance, est une action sociale de l’institution financière dont l’objectif est d’assurer un mieux-être social et économique aux populations.

Composé de sacs de riz, de cartons d’huile et des enveloppes, le don a été distribué à une quarantaine de non-voyants sélectionnés avec le concours de Victoire FM qui a pour habitude d’assister ses personnes en situation d’handicap.

Pour Ekoué Messan, Directeur Financier et de la comptabilité de la COCEC Microfinance, la célébration de cet 20ème anniversaire ne pourrait se tenir sans penser aux personnes vulnérables.

« Notre don s’inscrit dans le cadre des activités de la célébration de nos vingt ans et nous ne pouvons pas les boucler sans apporter cette aide sociale aux non-voyants. C’est notre part de volet social que nous déclinons à travers ce don », a-t-il déclaré.

Tout en remerciant la COCEC Microfinance, Pierre a souhaité que d’autres bonnes volontés emboitent le pas à COCEC Microfinance afin de les aider à faire face à leurs situations de plus en plus difficile en cette période de pandémie à coronavirus.



La COCEC Microfinance et ses objectifs

Sur le terrain depuis 2001, la COCEC Microfinance est spécialisée dans l’épargne, le crédit et la domiciliation de salaire.

Grâce à sa crédibilité et le travail bien fait, la COCEC Microfinance a pu collecter jusqu’en septembre 2021, plus de cinq (5) milliards d’épargnes et distribuer à plus de sept mille (7000) de membres plus de quatre (4) milliards FCFA de crédits.

De par ses 64.000 adhérents, la COCEC Microfinance dispose d’une solide implantation dans le Grand Lomé ainsi que dans les préfectures des Lacs.

Avec son siège social à KagniKopé à 50m du Lycée Folly Bébé, la COCEC Microfinance compte aujourd’hui neuf (9) agences, réparties dans les quartiers Adamavo, Anfamé, Attiégou, Kpogan, Bè Kpota, Agoè, Amadahomé et Djagblé.

Avec pour objectif principal de couvrir toute la ville de Lomé et donner plus de chance aux populations exclues du système financier classique d’avoir accès aux crédits, la Coopérative invite les populations à se rapprocher de ses agences.

« Notre objectif est de couvrir toute la ville de Lomé et permettre à ceux qui sont exclus du système des finances classiques d’avoir accès aux financements à des conditions favorables », a expliqué M. Ekoué avant d’ajouter : « Les portes de COCEC Microfinance sont toujours ouvertes pour des financements dans les meilleures conditions ».

Les produits de COCEC Microfinance

La COCEC Microfinance offre plusieurs produits. Il s’agit notamment de l’épargne classique qui passe par la collecte sur le terrain. Elle offre également des prestations de domiciliation de salaire.

Au niveau des crédits, la Coopérative offre des crédits destinés aux Activités génératrices de revenus (AGR), des crédits immobiliers et scolaires. Tournée vers la digitalisation, elle offre également l’opportunité à ses adhérents de faire des crédits depuis leur maison.

Avec pour slogan, « COCEC la Confiance », la Coopérative renouvelle l’engagement de garantir et de sécuriser les finances des Togolais.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

L’UL et la Fondation Hanns Siedel travaillent à la compétitivité des étudiants sur le marché de l’emploi



L’Université de Lomé (UL) œuvre pour une meilleure compétitivité de ses étudiants. En partenariat avec la Fondation Hanns Siedel, elle a ouvert jeudi 14 octobre 2021, une formation de renforcement de capacités des étudiants en fin de parcours. Durant trois (3) jours, il sera question de donner aux étudiants, des outils nécessaires à faire valoir sur le marché de l’emploi et leurs permettre de mieux se projeter dans la vie professionnelle.

Le marché de l’emploi devient plus compétitif. Et pour permettre aux étudiants de disposer des outils à faire valoir, l’UL a initié à l’intention des étudiants en fin de cycle, des formations de renforcement de capacités.

Axée sur des thématiques pratiques, la formation permettra à chaque étudiant participant de tirer le meilleur pour se projeter dans la vie active et de cerner son devoir entend que citoyen.

Portée sur 15 modules, la formation prend en compte le droit et devoir du citoyen dans l’environnement national et local, le rôle et place du citoyen dans la cohésion sociale, la dynamique du groupe, la gestion d’équipe, la conduite de réunion, le leadership, le plan de développement personnel, la gestion axée sur le résultat pour ne citer que ceux-là.

Pour Hunlede Anani Joachim, Consultant-Formateur et Responsable de Local Development Conseil Plus (LDCP), cabinet en charge de la formation, il s’agit d’une formation voulue par l’Université de Lomé et la Fondation Hanns Siedel.

« Cette formation a été voulue par l’Université de Lomé et la Fondation Hanns Siedel pour accompagner les étudiants en fin de cycle pour préparer leur entrée dans la vie active. On a constaté que quand les étudiants sortent des universités, ils sont un peu désinformés au moment d’entrer dans la vie active parce qu’ils ont des connaissances intellectuelles et livresques mais manquent d’étoffe pour rentrer dans la vie active. Donc les deux (2) institutions ont convenu leurs donner un plus pour leurs permettre d’entrer dans la vie active », a-t-il précisé.

Pour M. Hunledé, la formation prévoit toucher 60% des étudiants de l’UL.

« Les sessions vont se renouveler sur une certaine période. L’objectif des Présidents de l’Université et de la Fondation c’est de permettre à tous les étudiants qui vont sortir du système universitaire, de bénéficier de cette préparation avant d’aller sur le terrain. Le projet prévoit qu’au moins 60% des étudiants qui sortent de la Licence ou du Master, puissent bénéficier de cette formation », a-t-il indiqué.

Selon Ayiza Tchilalo, Etudiante en FSHS, la formation accroitra son dynamisme sur le marché d’emploi.

« C’est une formation qui me permettra d’être dynamique sur le terrain, d’acquérir les connaissances devant me permettre d’être compétitive sur le marché de travail. Je suis très fière de cette initiative et je remercie le Président de l’Université de Lomé pour les efforts qu’il ne cesse de multiplier pour accroitre l’employabilité de nous jeunes étudiants », a-t-elle déclaré.

Rappelons que la formation démarrée jeudi, prend fin samedi 16 octobre 2021.

Caleb AKPONOU

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

Les atouts du Port de Lomé vantés aux opérateurs burkinabè



La promotion du Port Autonome de Lomé se poursuit à l’extérieur. Une délégation de l’Office Togolais des Recettes et de l’Alliance pour la Promotion du Port Autonome de Lomé (A2PL), était en début octobre 2021, au pays des hommes intègres, pour exposer les atouts du port aux investisseurs burkinabè.

Afin d’accroitre le trafic du PAL et susciter l’attractivité des pays enclavés pour ses infrastructures, les autorités togolaises ne manquent pas d’initiatives.

En début de mois d’octobre, une délégation togolaise composée des cadres OTR et de l’A2PL était au Burkina pour vanter les mérites des infrastructures et réformes portuaires. Objectif, attirer davantage les investisseurs burkinabè vers le pays.

Particulièrement, il a été question pour la délégation togolaise, de présenter les réformes entreprises par les autorités togolaises ces dernières années. Un ensemble de réformes, qui aujourd’hui permettent de positionner le  pays au nombre des plus réformateurs de l’Afrique.

Dans ces travaux, la délégation togolaise a également participé à une rencontre avec le Conseil des Chargeurs burkinabè. Une rencontre, qui a réuni à l’occasion les utilisateurs de la plateforme portuaire de Lomé et d’autres partenaires.

Le passage en terre burkinabè a été aussi l’occasion pour la délégation de l’OTR d’exposer les réformes fiscales et non fiscales accordées aux marchandises en transit aux Port Autonome de Lomé, surtout, en cette période de la covid-19.

Aussi, un détour a été fait sur le processus de la totale dématérialisation effective depuis quelques mois sur la plateforme portuaire de Lomé.

Le Port Autonome de Lomé et ses atouts

Seul port en eau profonde coincé entre Lagos et Abidjan, sans compter Accra et Cotonou, le Port de Lomé ne manque pas moins d’atouts et d’ambitions, lorsqu’il s’agit de capter le trafic maritime sous régional.

Les différents investissements permettent au PAL, non seulement de doubler ses capacités, mais aussi de moderniser ses installations pour être une référence sur la côte ouest africaine, le Port de Lomé, continue malgré la pandémie de la Covid-19, à se maintenir. Et ce, à travers différentes réformes lui permettant d’assurer sa position de hub logistique dans la sous-région.

Mais avec la pandémie de la Covid-19, qui a dû plomber les activités portuaires, le PAL de Lomé, s’est engagé dans de nouvelles reformes devant répondre aux ententes des opérateurs économiques et maintenir l’attractivité et la compétitivité du secteur portuaire togolais.

Au nombre des réformes engagées, l’on note la dématérialisation du certificat d’origine, une procédure qui permet aux opérateurs économiques de soumettre leur demande en ligne et d’obtenir satisfaction au bout de cinq (5) minutes. Et comme conséquence direct, l’on relève la baisse des coûts au niveau de l’importation, la limitation des tracasseries et la réduction des documents à joindre.

Autres mesures et pas des moindres engagées, la dématérialisation de la procédure douanière, qui se fait dans le système douanier automatisé. Une réforme qui permet aux opérateurs économiques, de pouvoir annexer les documents numérisés et de pouvoir faire leurs démarches en ligne, jusqu’à obtention de satisfaction.

Aussi, des initiatives engagées, permettent également de soulager les opérateurs économiques par rapport aux frais de stationnement et aux surestaries (les surestaries, sont des pénalités qui sont infligés aux opérateurs économiques qui n’arrivent pas à sortir leurs marchandises dans les délais francs qui sont donnés). 

A ces différentes mesures, s’ajoute le renforcement des dispositifs de protection contre la Covid-19 dans l’espace maritime.

Autant d’initiatives, qui permettent au Port de Lomé, de maintenir sa position de hub logistique dans la sous-région, même en cette période de crise de coronavirus.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

Togo : Des initiatives pour une année scolaire plus inclusive



La rentrée scolaire 2021-2022 est effective depuis le 27 septembre 2021. Débutée dans une situation particulière marquée par la pandémie du covid-19, la nouvelle année académique bénéficie cependant d’un suivi particulier des autorités togolaises pour sa réussite.

Cette année, ils sont environs trois (3) millions d’élèves contre 2,5 millions  l’année précédente à  reprendre les chemins des classes. Et pour leur assurer de meilleures conditions d’études, le gouvernement n’a pas lésiné sur les moyens surtout quand on sait que l’éducation scolaire occupe une place de choix dans les politiques de développement du pays.

Ainsi face à la covid-19 dans les établissements  scolaires, les autorités ont élevé le niveau des infrastructures éducatives ; augmenté le nombre du personnel encadreur ; pris d’excellentes mesures pour aider les élèves et les parents, garantir un cadre d’études sûr et de qualité, gage de réussite. Par exemple, près de 350 salles de classe ont été construites et équipées de table-bancs. 343 autres salles ont été réhabilitées.

Incessamment, les décideurs feront accroître ces nombres avec la construction de 94 salles de classe et 209 sanitaires pour compléter les 733 cabines de latrines déjà réalisées. Par ailleurs, les travaux de construction de 30 000 salles de classe, objectif quinquennal bien visible dans la feuille de route gouvernementale, ont commencé.

Une éducation inclusive

Le Togo reconnaît le droit à l’éducation des enfants et crée des conditions favorables à cette fin. La gratuité de l’école préscolaire et primaire depuis 2008 ; la suppression des frais d’inscription et de scolarité au collège et lycée d’enseignement public cette année ; la prise en charge depuis 2017 des écoliers grâce à "School Assur", l’extension de ce programme de protection sociale aux enfants du préscolaire ; les cantines scolaires… sont évocatrices.

Autre nouveauté cette rentrée, les pouvoirs publics ont pris la résolution de gérer de façon rationnelle les effectifs à travers la mise en place d’un système de double flux dans les établissements dont les effectifs sont pléthoriques. En outre, un numéro vert (8250) a été mis en place au profit des élèves et personnel enseignant pour une écoute continuelle afin d’améliorer leurs conditions de travail et de mieux les encadrer. En matière de ressources humaines, le pays a procédé au recrutement de plus de 2 200 enseignants et 300 inspecteurs et conseillers pédagogiques pour le compte de l’année 2021-2022.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

Togo : Le taux de bancarisation en hausse de 7% en 2020



Sous l’effet conjugué de la digitalisation des services publics, la multiplication des moyens de payement par le mobile banking et autres initiatives connexes, le taux de bancarisation du Togo s’améliore. Selon les statistiques de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA), ce taux a connu une hausse de 7% en 2020.

Cette hausse est le résultat de l’ouverture de 78 597 comptes bancaires supplémentaires dans le pays. Au cours de l’année 2021, les citoyens détenteurs de comptes bancaires dans les établissements de crédit (banques, services postaux, caisses nationales d’épargne) sont de 1 178 587, contre 1 099 990 en 2019. Selon une publication de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), le Togo compte à ce jour 14 banques (dont 11 filiales et 03 succursales) et 03 établissements financiers à caractère bancaire (dont 02 filiales).

Le Togo jouit d’un climat des affaires sain

L’amélioration de l’environnement des affaires tient à cœur au chef de l’Etat. Il ne ménage aucun effort pour permettre aux citoyens et opérateurs économiques nationaux ou étrangers de bénéficier des avantages d’un pays sûr, stable et économiquement souple. Pour lui, le Togo doit être résolument « déterminé à adopter des séries de réformes pour mobiliser davantage d’investissements et réaliser une forte croissance économique à moyen terme ».

Cette volonté a fait naître une cellule dédiée au climat des affaires. Elle a permis au Togo de se hisser au premier rang des pays réformateurs en Afrique et à la troisième place mondiale, dans le classement Doing Business 2020. Une mesure phare de cette politique d’amélioration du climat des affaires est l’opérationnalisation de l’Agence de promotion des investissements et de la zone franche (API-ZF).

Aujourd’hui, la thésaurisation est de plus en plus évitée, les marchés publics sont exempts des procédures complexes, les entrepreneurs sont encouragés par des mesures salvatrices, la création d’entreprises est devenue aisée, les politiques d’emplois de jeunes se multiplient, les filets sociaux et services de base couvent les communautés vulnérables, la justice est plus équitable, l’eau et l’électricité sont davantage offertes, l’industrialisation nationale est en plein essor, les agriculteurs sont soutenus, tout change et le Togo se rapproche de l’émergence.

@gapola

Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com       

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.