Tél:+228 92 42 51 78
latest

POLITIQUE

POLITIQUE/block-3

DIPLOMATIE

DIPLOMATIE/block-4

SOCIETE

SOCIETE/block-5

SPORT

SPORTS/block-3

SANTE

SANTE/block-3

AGRICULTURE

AGRICULTURE/block-1

CULTURE

EDUCATION/block-4

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT/block-6

EDUCATION

EDUCATION/block-4

INTERVIEW

INTERVIEW/block-5

GAPOLA VOUS PROPOSE

11 juil. 2020

Libération de trafiquants de drogue : L’ASVITO plaide


Suite au décret N 2020-054/PR, Guico Maria Térésa et une autre personne de sexe masculin, tous deux accusés de trafic de drogue et détenus à la Prison civile de Lomé, ont recouvert la liberté. L’Association des Victimes de Tortures au Togo (ASVITO), prenant acte de cette grâce présidentielle, appelle le Chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbé à jouer à l’équité. Et ce, en libérant par la même prérogative des personnes emprisonnées pour des faits moins graves.

Détenue depuis sept (07) ans à la prison civile de Lomé pour trafic de drogue, Guico Maria Térésa et un autre de sexe masculin, vont bénéficier d’une grâce présidentielle.

Il s’agit d’une mesure qui s’inscrit dans la logique de désengorgement des prisons en vue de la protection des détenus contre la pandémie de la Covid-19.

Mais l’ASVITO, qui prend acte de la mesure, appelle cependant les autorités gouvernementales à corriger l’image « très écornée du Togo sur le plan international par rapport au laxisme et à la permissivité de la politique togolaise vis-à-vis de ce fléau qu’est la drogue ».

Mais interpellant le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, Atcholi Kao Président de l’ASVITO, l’invite à l’impartialité.

Ainsi note-t-il, nous « invitons le Chef de l’État à faire libérer par la même prérogative les milliers de prisonniers qui sont accusés pour des faits moins graves que le trafic de drogue et qui croupissent depuis des années dans les Prisons de Lomé ». Et de conclure, « cela y va des valeurs d’équité, d’impartialité et de responsabilité qui restent les fondements et caractéristiques d’un Président de la République ».

@gapola  

10 juil. 2020

Togo : Les lieux de culte s’ouvrent à partir du 17 juillet



Après avoir entériné l’ouverture progressive des lieux de culte avec les responsables des associations religieuses, Payadowa Boukpessi, Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales annonce pour le 17 juillet prochain, la réouverture de certaines églises et mosquées sur l’ensemble du territoire national.

Engagé dans une réouverture progressive pour limiter la propagation de la pandémie de la Covid-19, le Ministère de l’Administration territoriale, annonce pour le 17 juillet 2020, soit dans l’intervalle d’une semaine, l’ouverture de certains lieux de culte.

«Il s’agit d’une réouverture d’expérimentation qui ne concerne qu’un nombre limité de lieux de culte, pour chacune des obédiences religieuses de notre pays », a indiqué Payadowa Boukpessi.

Malgré le nombre déjà très limité, la réouverture ne se fera pas sans condition puisqu’ils, « demeurent interdits, les cultes de nuit, les veillées de prières ainsi que les veillées funèbres », a rappelé le ministre.

Notons que la fermeture des lieux de culte pour limiter la propagation de la pandémie remonte au 20 mars.

@gapola

Togo: Ce qu’il faut pour fluidifier le passage aux péages



S’il ne vous est jamais arrivé de passer par les postes de péages routiers au moment où vous êtes pressés par le temps, alors vous êtes loin de comprendre. Caractérisés par de longues files d’entente aggravées par l’impatience des usagers pressés de vaquer à leurs occupations, nos postes de péages sont souvent transformés en un concert de klaxons. En cause, des pertes de temps liés aux bouchons et arrêts qui quelques fois, ne finissent pas trop durer. Mais tout compte fait, il s’agit d’une situation qui pourrait bien être évitée, si tous les usagers décidaient d’en faciliter la tâche aux uns et aux autres en prenant les mesures de précaution qui s’imposent.

Partout où il y a des voitures et des motos, il y a des bouchons et des embouteillages et cela ne saurait être le propre du Togo.

L’accroissement du trafic lié à l’urbanisation et la hausse constante des engins roulant aidant, difficile de soustraire le pays de ces difficultés, en dépit des efforts consentis dans le développement des infrastructures routières.

Mais cependant, c’est une situation qui se veut plus remarquable et plus récurrent au niveau des postes de péage, ou l’arrêt est donc obligatoire pour s’acquitter des frais de péage établis.

Pour cet agent de SAFER (Société autonome de financement de l’entretien routier) « les embouteillages et les files d’attentes interminables constatés aux péages, sont  liés au comportement des usagers qui se disent pressés mais ne nous facilitent pas la tâche pour les servir », ainsi déplore-t-il : « vous avez des usagers qui dans la file d’attente  sont là  à vociférer et à klaxonner parce qu’ils sont pressés mais arrivés à notre niveau, voilà ces mêmes personnes qui vous sortent un billet de 10.000 FCFA et vous oblige d’aller chercher la monnaie au moment où les autres sont dans la file en train de s’impatienter ».

Un comportement de nature à ne pas rendre fluide la circulation au niveau des postes de péage qui du coup, influe négativement sur le trafic commercial ainsi que sur les activités économiques de certains usagers, qui quelques fois, sont pressés par le temps de vaquer à d’importantes préoccupations.

« C’est le lieu donc de rappeler aux usagers de préparer les monnaies avant d’arriver au poste. Ces frais sont de 300 FCFA pour les véhicules légers, 400 FCFA pour les minibus, 1000 FCFA pour les autocars et 2000 FCFA pour les poids lourds», devrait rappeler cet agent de SAFER, qui pour l’occasion préfère garder l’anonymat.

Autre solution et pas des moindres que pourrait envisager la SAFER pour limiter les longs files d’entente interminables aux péages, sera de penser à mettre à disposition des usagers différents modes de payements, dont le mobil Money.

Une démarche qui devra donc permettre de fluidifier davantage le passage, et d’impacter positivement sur les activités économiques.

Le péage une obligation

Etant un droit que l’on doit s’acquitter pour franchir un passage, le péage peut s’appliquer aux personnes, aux véhicules ou aux marchandises transportées.

Dans le cas du transport routier, ce frais qui s’applique particulièrement aux véhicules et moyens de transport, permet donc d’entretenir les routes, de les réhabiliter et de construire de nouvelles infrastructures dans la mesure du possible.
Caleb AKPONOU   

Togo : Les avantages dans le choix d’ESSEG STATISTIQUE révélés



L'École Supérieure des Sciences Économiques, de Gestion et de la Statistique (ESSEG STATISTIQUE) impressionne toujours et suscite de jour en  jour l’envie chez les étudiants d’en parler. Après Digbandjoa qui qualifiait l’école de la pépite de l'éducation tertiaire au Togo, 60 ans après les indépendances, vient le tour d’Ahamad Tchazodi de témoigner des atouts d’ESSEG STATISTIQUE. L’étudiant en 2e année d’Économie parle du confort qui règne dans cette Université privée et surtout de la qualité des cours dispensés par des Professeurs chevronnés. Lisez plutôt.

ESSEG-STATISTIQUE, Économistes-Gestionnaires-Statisticiens pour un monde émergent

L'école est la clé dit-on, mais aussi la vie est un choix. Si tel est le cas, alors dire de l'école que c'est un choix, est donc logique.

Cependant, cette phrase a deux sens que sont :

"Je choisis d'aller à l'école'' et '' je choisis mon école ''.

Le deuxième sens est celui qui nous intéresse le plus ici.

Nous vous expliquons.

Tout commence dès le bas âge, cet âge où l'on vit le rêve et l'on est excité de grandir pour enfin faire ce métier là qu'on souhaite tant.

Alors imaginez une école qui répond à toutes vos attentes, donnant le même enseignement que les Universités publiques du Togo (UL et UK) avec un parcours scolaire inédit et un corps professoral au top, plus besoin d'aller chercher ailleurs.

Eh oui, vous disposez désormais d'une école gradée et pas des moindres, dont les diplômes sont reconnus à l'international et les formations débouchent à une spécialisation sans précédent.

Vous rêvez d'être un Économiste, un Gestionnaire, ou un Statisticien, quoi de mieux que la plus prestigieuse École Supérieure des Sciences Économiques, de Gestion et de la Statistique : ESSEG - STATISTIQUE.

ESSEG - STATISTIQUE, une école aux avantages multiples et satisfaisants, qui offre des Stages aux Étudiant(e)s chaque année dans les Banques, les Grandes Entreprises et Institutions de la place, est l'unique école qui forme en Statistique au Togo et troisième (3ème) de la sous-région. Elle est dotée d'une connexion Internet à haut débit pour les recherches des étudiants aussi bien sur le plan professionnel que personnel.

Avez-vous envie d'en savoir un peu plus, voulez- vous étudier dans de bonnes conditions et avoir une formation professionnelle de qualité, ESSEG - STATISTIQUE est déjà à votre portée.

Vous êtes titulaires du BAC 2 Séries scientifiques, et/ou d'une licence en Mathématique ou économie, voulez-vous poursuivre vos études en  ayant une formation de qualité dans les domaines précités,  eh bien, vous êtes les bienvenus à l'ESSEG-STATISTIQUE.

Venez découvrir et témoigner, car à l'ESSEG-STATISTIQUE, Économistes-Gestionnaires-Statisticiens sont formés pour un monde émergent.

 Vous avez le choix bien sûr, mais faites le bon choix.
TCHAZODI Ahamad, Étudiant en 2e année Économie à ESSEG-STATISTIQUE

Togo : Agbéyomé se met à dos la justice et appelle l’armée à libérer la nation

Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo
Convoqué à se présenter le vendredi 10 juillet 2020, devant le Doyen des juges d’instruction de la Cour d’appel de Lomé, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, Candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro, à l’élection présidentielle du 22 février 2020, n’a pas du tout l’intention de se présenter. Mieux, le Président du MDPP, qui se dit le véritable candidat démocratiquement élu, en appelle plutôt à une résistance pour libérer le Togo, des mains de ceux qu’il qualifie de putschistes et d’instrumentaliser la justice pour se maintenir au pouvoir.

Se considérant comme le véritable Président de la République à l’issue de la présidentielle du 22 février, Gabriel Messan Agbéyomé, ne compte plus fléchir devant le diktat de ceux qu’il considère comme putschistes.

Suite à la convocation lui demandant de se présenter devant le Doyen des juges d’instruction le vendredi 10 juillet 2020, à 9 heures, le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro, ne compte pas honorer le rendez-vous.

Selon lui, « il ressort que des desseins hautement malveillants seraient planifiés dans le cadre de cette convocation dont l’ultime but est de l’éliminer par tous les moyens pour permettre aux putschistes de jouir du pouvoir d’État ». 
 
Fort de ce constat, Gabriel Agbeyomé qui se dit véritable détenteur du pouvoir exécutif de noter : « je ne me présenterai pas devant la justice pour cette quatrième convocation ». Mieux, il en appelle les populations dont il déteint son pouvoir à prendre les dispositions qui s’imposent.

« Ils nous convient ici et maintenant de prendre les dispositions pour libérer sans délai la Terre de nos aïeux des prédateurs qui l’a tiennent à l’étroit… J’en appelle à tous les patriotes de tous les horizons, de toutes les femmes par qui le Togo tient encore debout, et de toutes les forces vives de prouver à la face du monde que ceux qui allèguent qu’ils ont l’onction populaire pour demeurer sans fin à la tête de nos pays », ne sauront perpétuellement poursuivre dans le sens.

Aux forces de l’ordre et de défense, le Président du MPDD, sans langue de bois les appelle à prendre parti pour la nation.

«J’en appelle aux forces de l’ordre, de défense et de sécurité, de prendre parti pour la nation togolaise en respectant la vérité des urnes et en défendant les intérêts de la nation», devrait lancer Gabriel Agbéyomé Kodjo.

Caleb AKPONOU