Tél:+228 92 42 51 78
latest

POLITIQUE

POLITIQUE/block-3

DIPLOMATIE

DIPLOMATIE/block-4

SOCIETE

SOCIETE/block-5

SPORT

SPORTS/block-3

SANTE

SANTE/block-3

AGRICULTURE

AGRICULTURE/block-1

CULTURE

EDUCATION/block-4

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT/block-6

EDUCATION

EDUCATION/block-4

INTERVIEW

INTERVIEW/block-5

GAPOLA VOUS PROPOSE

5 déc. 2020

Togo : Depuis le champ de maïs, Agbéyomé perçoit ses indemnités de député, selon Kaboua

Abass Kaboua


Face à la presse vendredi 4 décembre 2020 à Lomé, le Député Abass Kaboua s’est prononcé sur l’arrestation des deux (2) Responsables de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK). Pour le Président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC), la procédure judiciaire enclenchée contre Brigitte Adjamagbo-Johnson et Gérard Djossou doit aller au bout. Aussi affirme-t-il qu’Agbéyomé Gabriel Kodjo continue par percevoir ses indemnités de député bien qu’il a fui le Togo.


En tant qu’un parti responsable et engagé pour un état de droit, le MRC n’y va pas par la langue de bois dans ses interventions sur l’actualité politique et sociale.


Selon le parti, c’est depuis le 22 février 2020 que le Togo a définitivement tourné la page des élections présidentielles, avec des résultats provisoires proclamés par la CENI, puis entérinés par la Cour Constitutionnelle en dernier ressort.


Et partant du fait que la décision de la Cour Constitutionnelle est inattaquable, « Brigitte Adjamagbo-Johnson se savait pertinemment sous contrôle judiciaire donc devrait mesurer les conséquences de ses actions».


Mais le MRC, ayant constaté que Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson a délibérément choisi de défier la loi alors force doit rester à la loi.


Pour cela, Abass Kaboua  demande « instantanément au garde des Sceaux de tout faire pour que le processus de justice enclenché contre Brigitte Adjamagbo et Gérard Djossou, puisse aller jusqu’à la fin ».


Toutefois, le parti souligne  qu’au moins une fois, le Gouvernement a donné une raison valable pour interdire la dernière marche de la DMK.


« Le Gouvernement togolais n’a pas inventé la Covid-19, c’est un phénomène mondial et naturel que connaît tous les pays de la planète reconnus par l’ONU », a indiqué le parti.


Pour le Président du MRC, malgré l’abandon de l’hémicycle par Gabriel Agbéyomé Kodjo, candidat de la DMK aux élections du 22 février 2020, il continue tout de même par percevoir ses émoluments en tant que député de la République togolaise, et ce, à travers son chauffeur. Ce qui ne devrait pas être le cas selon Abass Kaboua.

 

Un détour sur l’affaire Adjakly


Abordant, l’affaire Adjakly dit Pétrolegate, qui fait le chou gras des médias et des réseaux sociaux, M. Kaboua dédouane la famille incriminée.


« Je n’ai jamais appris que l’Etat togolais achète le carburant chez les compagnies sur place, ça vient de l’extérieur… Les Adjakly n’ont jamais détourné 500 milliards FCFA », a-t-il souligné.


Notons que la sortie du MRC a pour objectif de réaffirmer en toute responsabilité, la position légaliste et respectueuse des lois de la République par le parti.


Caleb AKPONOU

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

Conseil de l’Entente : Prof Dussey appelle à des élections réussies au Bénin et Niger



Le ministre togolais des affaires étrangères, Prof Robert Dussey, a présidé vendredi 04 décembre 2020 à Lomé, les travaux de la 17ème Réunion ordinaire du Conseil des Ministres de l’Entente. La Réunion fait suite à la rencontre des Experts intervenue en novembre dernier.

 

La rencontre qui a réuni les Ministres des cinq (5) pays membres du Conseil que sont le Togo, Bénin, Côte d’Ivoire, Niger, Mali et Burkina Faso, se tient dans une année particulièrement marquée par les élections présidentielles. Occasion donc pour Robert Dussey, qui après avoir salué le bon déroulement des scrutins au Togo, d’émettre le vœu de voir le Bénin et le Niger s’inscrire dans la même logique.


Pour le Diplomate, « après le Togo en début d’année, la tenue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire et du 22 novembre dernier au Burkina Faso, dans des conditions globalement satisfaisantes, vient renforcer davantage l’ancrage démocratique des Etats membres décidés à construire une zone de stabilité et de prospérité inclusives ».


Persuadé que les autres pays à savoir le Bénin et le Niger devront s’inscrire dans la même logique pour pérenniser les acquis démocratiques, Robert Dussey, a donc émis le vœu de voir les pays travailler dans le sens.


La session proprement dite


Au-delà du Ministre Robert Dusey et de Patrice Kouame, secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente, la session a également vu la participation de Zaharatou Ataka, Ministre délégué auprès du Ministre des affaires étrangères, de la coopération, de l’intégration africaine et des Nigériens de l’Extérieur, chargé de l’intégration africaine.


Notons que cette 17ème Réunion des Ministres du Conseil de l’Entente, a  permis d’approuver les comptes des organes de contrôle pour l’exercice 2019 et la situation financière de l’organisation.


@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.  

4 déc. 2020

Togo : Abdoulaye Yaya, nouveau Président de la Cour suprême

Abdoulaye Yaya remplace Patrice Akakpovi Gamatho à la tête de la Cour suprême du Togo. Nommé le 02 décembre 2020 par décret présidentiel, le nouveau Président de la Cour était jusqu'ici le 1er Avocat général près la Cour de justice de l’Union Economique et monétaire Ouest Africaine (UEMOA).


Dorénavant, c’est Abdoulaye Yaya, Magistrat de grade hors hiérarchie, précédemment 1er Avocat général près la Cour de justice de l’Union Economique et monétaire Ouest Africaine (UEMOA), qui est le nouveau Président de la Cour suprême du Togo.


Il remplace Patrice Akakpovi Gamatho, en poste depuis plus de huit (8) ans et admis récemment à la retraite.


Rappelons que sa nomination fait suite à une proposition du Conseil Supérieur de la Magistrature.


Caleb AKPONOU

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

JNRD 2020 : La 8e édition sera en direct de la TVT et autres canaux



La 8e édition de la Journée Nationale de Reconnaissance à Dieu (JNRD) s’annonce pour le 13 décembre 2020. En prélude à la Journée qui cette année, est placée sous le thème : « Dieu veille sur le Togo », le Comité d’organisateur a tenu jeudi 03 décembre 2020 à Lomé, une rencontre avec la presse. Objectif, donner des détails sur la tenue de cette Journée d’action de grâce à Dieu qui se veut particulière à cause de la pandémie à Coronavirus.


La JNRD qui est une initiative du Groupe d’évangélisation et de musique Salut et Joie et portée par le Corps de Christ du Togo, est à sa 8ème édition. Cette année, la JNRD se veut spéciale, en raison de la main de Dieu sur le Togo en cette période de la pandémie à Coronavirus.


Selon Stéphane Témédékou, Secrétaire général du Groupe d’évangélisation et de musique Salut et Joie, « de façon générale, nous connaissons des situations qui troublent notre quiétude, mais au-delà et surtout avec cette pandémie de coronavirus qui a bousculé toute forme d’habitude, nous avons reconnu que Dieu par sa grâce nous a épargné du pire ». 

 

Ainsi, la « Journée de Reconnaissance à Dieu » (JNRD) est une manière pour le peuple Togolais, de témoigner sa gratitude à « l’Eternel Dieu qui a veillé et qui veillera sur nous », a-t-il poursuivi.


Et pour se faire, le Comité d’organisation de la JNRD prévoit utiliser tous les canaux pour permettre aux populations dans son entièreté, de célébrer cette Journée comme il faut.


Ainsi le 13 décembre prochain, les populations pourront suivre en direct sur la Télévision nationale (TVT) et des liens Facebook, Instagram et YouTube la 8e édition de la JNRD.


« C’est une opportunité que cet événement soit célébré par tous et en tous lieux. La célébration se fera dans toutes les maisons, sur les médias et sur les réseaux sociaux », a annoncé le Rév Pasteur Eli N’djekornode, Président du Comité d’organisation de la JNRD.

 

La JNRD, une vision et un processus


Pour le Comité d’organisation, la JNRD dont la célébration a depuis quelques années pris une tournure nationale, a été tout d’abord une vision portée par le Président du Groupe d’évangélisation et de musique Salut et Joie, l’Evangéliste Kodjo Emmanuel Adédzé.


Ensuite, la vision a été partagée avec les Responsables des églises, ministères et le Conseil Chrétien.


Au-delà, la JNRD se veut un processus dans la mesure où, débuté en 2013 comme une Soirée de reconnaissance à Dieu, elle s’est élargie pour devenir en 2014, une Matinée de reconnaissance. «  C’est en 2015 et sur instruction du Chef de l’Etat, que l’initiative sera déclarée Journée nationale de reconnaissance à Dieu ».


Dans la logique, le Comité d’organisateur invite tous les enfants de Dieu à s’approprier l’évènement qui a pour objectif, de magnifier l’Eternel pour ses biens faits durant l’année.


Notons que pour cette 8e édition qui se veut spéciale, deux lieux, à savoir Lomé et Kara, sont retenus pour une rencontre restreinte compte tenu de la pandémie du Covid-19.


Thierry AFFANOUKOE

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.    

Togo : Des autorités locales font leur entrée dans le sextape



 

Le sextape a pris une nouvelle dimension avec les adultes qui font leur entrée dans l’arène. Depuis quelques heures circule sur les réseaux sociaux, un sextape qui met en scène le Préfet de Yoto et une élue locale.

 

Dans une vidéo virale qui a fait le tour des réseaux sociaux et qui a été largement relayée  par les internautes, l’on pouvait apercevoir le Préfet de Yoto, Yawo Alibo en plein ébat sexuel avec une élue locale.

 

En sommes, il s’agit d’une vidéo à caractère pornographique qui a duré plus d’une minute.

 

Nous reviendrons avec plus de détail sur les raisons, les causes et les conséquences d’un tel acte posé par ces autorités de la préfecture de Yoto.

 

@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

 

Campagne de distribution de moustiquaires: Pour non payement de leur per diem, les agents de santé communautaire manifestent



 

Ça grogne ce vendredi 04 décembre 2020, au Centre de santé du District sanitaire nº 2 à Adakpamé. Les Agents de santé communautaire qui ont participé à la dernière Campagne de distribution de moustiquaires imprégnés réclament le payement de leurs per diem.

 

Ils sont environ 300 Agents de santé communautaire à exprimer vendredi leur ras-le-bol.

 

« Nous ne voulons personne. Nous ne voulons pas de négociation. Nous voulons notre argent. On a faim, on veut notre argent», scandaient-ils. 

 

Selon un des manifestants qui a préféré garder l’anonymat, sur les 65 000 FCFA qu’ils devraient percevoir, seuls 23 000 leur ont été payés. Ces 65 000 FCFA couvrent les frais de formation, les frais d’allocation de portables  et les per diem.

 

« Nous réclamons notre droit. Nous avons transporté des sacs de plus de 25 Kg chacun et promenés sous le soleil pour aller distribuer des Moustiquaires d’imprégnation durable (MID), du 22 octobre au 2 novembre 2020. On ne nous a pas payés. Nous avons faim. Nous avons espéré en vain. Le mercredi passé, ils nous ont remis 23 000 FCFA. Nous avons dit que nous voulons la totalité. Ils nous promis que l’argent nous parviendrait hier jeudi. Nous n’avons pas reçu les 42 000 FCFA restants. Voilà pourquoi nous manifestons devant le centre.», a-t-il déclaré en colère.

  

Outre les 42 000 FCFA restants, les manifestants réclament aussi les per diem de la Campagne de vaccination contre la poliomyélite. Cette campagne a pris fin mardi dernier.

 

Selon leurs dires, les frais de la Campagne de la poliomyélite sont estimés à 15 000 FCFA. 

 

« Nous ne voulons pas faire des revendications pour la polio. Ils n’ont qu’à nous payer au plus grand tard lundi », ont-ils prévenu.

 

Jules AFANCHAHO

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

Tsévié: Un Commissaire de police poignardé dans une agression



 

Le Commandant en chef de la Police Républicaine (CRI) de Tsévié, Kodjo Babatoundé, a été attaqué et poignardé dans le ventre. Cette agression intervenue jeudi 03 décembre 2020, a également permis aux agresseurs d’emporter son arme de service.

 

De retour d’une ronde jeudi aux alentours d’une heure du matin, le Commandant du CRI de Tsévié sera attaqué devant son domicile par des individus jusqu’ici non identifiés.

 

Après lutte ardue avec ses agresseurs, le Commissaire Kodjo Babatoundé, grièvement blessé au ventre avec son arme de service emporté est depuis admis en soins intensif au Centre Hospitalier Préfectoral de Tsévié.

 

Actuellement, les ratissages sont toujours en cours pour retrouver l’arme emportée ainsi que les agresseurs.

 

@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.   

3 déc. 2020

Togo : Des Maisons de justice pour renforcer l’Etat de droit



Instituées par décret présidentiel en 2018, les Maisons de justice ont pour rôle d’aider et d’informer les personnes sur les procédures et démarches à accomplir pour connaître et exercer les droits consacrés par la loi. En un an d’activité, les Maisons de justice ont permis de faire 362 médiations et conciliations et d’effectuer près de 800 consultations.


Afin de rapprocher la justice quotidienne des citoyens, des structures décentralisées telles que les maisons de justice ont été mises en place. Avec pour rôle de régler les petits litiges civils au quotidien, de participer à la médiation et surtout de fournir des informations juridiques dans les quartiers des grandes agglomérations, ce projet lancé en 2014, et institué par décret en 2018, est soutenu et promu par les autorités togolaises.


L’objectif étant de renforcer l’Etat de droit, la sécurité nationale, et de créer un cadre relationnel sain et confiant entre les populations.


En effet, la phase pilote dudit projet a permis de mettre en place plus de quatre (4) maisons de justice dont l’une se trouve dans la préfecture d’Anié une localité situé dans la région des plateaux.


En effet, les travailleurs dans ces structures ont pour rôle d’informer, d’éduquer, de sensibiliser et de conseiller les togolais sur des faits juridiques et différents recours afférents.


Structure de proximité créée dans les communes et quartiers des grandes agglomérations, les maisons de justices se fondent sur « des critères de simplicité, de rapidité et de gratuité ». Elles permettent ainsi de désengorger les tribunaux pour ainsi favoriser une gestion diligente des affaires. Aussi, elles permettent la recherche de solutions amiables de petits litiges, la médiation en matière civile et pénale ainsi que le traitement des actes d’incivilité qui constituent des infractions pénales.


Il est à noter que depuis la mise en place de ces maisons de justice au Togo, les autorités togolaises se félicitent des efforts entrepris puisqu’en un an d’activité, 362 médiations et conciliations ainsi que près de 800 consultations juridiques ont été effectuées par ces maisons.


Mais en dépit des efforts consentis, il est aussi à rappeler que les défis à relever liés aux faits juridiques restent énormes.


@gapola

E-Mail : thierryaffanoukoe@gmail.com

Tél : (00228) 92 42 51 78 / 97 85 10 60 : Pour vos reportages, annonces et publicités, contacter le service commercial de votre site Gapola.