Tél:+228 92 42 51 78
latest

POLITIQUE

POLITIQUE/block-3

DIPLOMATIE

DIPLOMATIE/block-4

SOCIETE

SOCIETE/block-5

SPORT

SPORTS/block-3

SANTE

SANTE/block-3

AGRICULTURE

AGRICULTURE/block-1

CULTURE

EDUCATION/block-4

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT/block-6

EDUCATION

EDUCATION/block-4

INTERVIEW

INTERVIEW/block-5

GAPOLA VOUS PROPOSE

19 janv. 2020

Togo : La CENI s'est ouverte au public de Lomé


En plein préparatif de l’élection présidentielle du 22 février prochain, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a ouvert ses portes au public samedi à Lomé. C'était à l'occasion de la journée porte ouverte (JPO) qu'elle a organisé en prélude au prochain scrutin.
 
Cette première édition était placée sous le thème ; "La CENI au service du peuple et de la République". Il s'agit pour cette institution organisatrice des élections, de démystifier les appréhensions que la population a vis-à-vis d'elle lors des différents processus électoraux et  permettre au public de mieux la connaitre et ses démembrements.

"La Journée porte ouverte est une opportunité offerte aux différentes parties prenantes au processus électoral de mieux appréhender le caractère pluriel de la CENI et son fonctionnement basé pour l’essentiel sur la recherche constante du consensus", a précisé Tchambakou Ayassor, président de la CENI.

Au cours de cette journée à laquelle ont pris part des représentants des partis politiques, de la société civile, des médias, des institutions de la République, la CENI s'est fait mieux connaitre à travers sa mission, son fonctionnement et les activités qui se déroulent au cours du processus électoral. Ceci à travers des conférences et panels sur des thématiques telles que: "Commission Électorale Nationale Indépendante, historique, enjeux et défis" et "Rôle et responsabilité des partis politiques et de la société civile dans un processus Électorale".

Cette journée a été également marquée par des émissions interactives avec des jeux questions-réponses sur les médias.

Eza Agbévi

Basket-ball : Désiré Koffi Patale, nouveau président de la Ligue Lomé Golf


La Ligue Lomé Golf de Basket-ball a tenu son Assemblée Générale samedi, dans les locaux de la Chambre du Commerce et de l'Industrie du Togo, à Lomé. Après la présentation des différents bilans, un nouveau bureau dirigé par Désiré Koffi Patale du club Fighters, a été mis sur pied pour une durée de 2 ans.

Tout a commencé avec la présentation des vœux de l'ancien bureau à l'assistance, suivi de la démission collective de ce dernier. Les élections proprement dites ont alors meublé les activités pour finalement aboutir à la mise en place d’un nouveau bureau. 

A peine élu, Désiré Koffi Patale, le nouveau président de la LLGBB se lance de nouveaux défis pour le rayonnement du basket-ball dans la ligue de Lomé.

« Avec la décentralisation que nous connaissons aujourd'hui, nous allons vulgariser le basket-ball, en l'amenant vers les populations. Cela passe par l'organisation des matchs de cette discipline sportive sur les terrains à l'intérieur de notre zone. Nous allons également mettre en place, une dynamique équipe de communication qui sera chargée de mettre en lumière, toutes nos activités. La stratégie pour avoir plus de sponsors et de mécènes doit également changer afin que nous puissions avoir plus de moyens pour bien mener nos activités », a-t-il déclaré. 

Ce nouveau bureau élu est composé de 11 membres pour conduire le basket-ball dans la Ligue Lomé Golf durant les deux années à venir.

Nouveau Bureau

Président : Désire Koffi Patale

1er vice-président : Kouigan Tinin

2e vice-président : Degboe Didier

Secrétaire Général : Seydou Siméon

Secrétaire Général Adjoint : Sylla Aboubakar
Trésorier Général : Maboudou Collecte
Trésorier Général Adjoint : Atohoun Jean Bosco
Conseiller chargé des finances : Ntepe Immaculé
Conseiller chargé de l'organisation : Abotsi Emmanuel
2e Conseiller chargé de l'organisation : Gadegbekou Clément
Conseiller chargé de la formation : Ayite D'Almeida

Kelly Akoesso

UL: L’INAM démarre l’assurance maladie avec 500 étudiants


L’Institut national d'assurance maladie (INAM) a procédé samedi à la remise officielle de kits INAM aux étudiants de l'Université de Lomé. Cette acticité marque le début de l'assurance maladie  pour les étudiants de ce Temple du savoir.
 
Au total 500 étudiants ont reçu des kits composés de feuilles de soins, de feuilles d'examen et de la carte d'assurance INAM. Avec ces kits, ils vont être soignés conformément aux règles de délivrance des soins de l'INAM et taux de prise en charge en vigueur.

Cette initiative émane de la volonté du chef de l'État, Faure Gnassingbé qui a ordonné l'élargissement de l'assurance maladie aux étudiants. Elle est soutenue par Orabank qui assure en totalité la cotisation des étudiants bénéficiaires.
Les bénéficiaires de cette phase pilote sont sélectionnés suivant des critères fixés par les autorités universitaires.

En remettant les kits, le représentant du directeur de l'INAM, a exhorté les bénéficiaires à en faire bon usage. 

"Ce kit vous garantit les soins de santé certes. Mais ce n'est pas une raison de vous laisser à la merci des maladies. Prenez des dispositions préventives et éviter les maladies possibles", a conseillé Adogli Komigan, directeur de la délégation régionale de l'INAM

Pour sa part, le représentant du président de l'Université de Lomé, le Prof Ayewadan a souligné que cette initiative gouvernementale s'inscrit dans la droite ligne de la vision sociale de l'UL.

"Ce n'est pas une faveur que nous vous accordons. Mais c'est un geste qui explique la dimension sociale de l'UL", a-t-il rappelé.

Après la phase pilote, le projet sera élargie pour atteindre tous les étudiants des deux universités publiques et plus tard les privées. Les réflexions et négociations sont en cours à cet effet.

Avant la remise des kits, les responsables de l'INAM, d’Orabank et les bénéficiaires ont fait de l’Ecojoging sur l'ère sportif de l'Université de Lomé.

Eza Agbévi

18 janv. 2020

PUDC : ANADEB offre un marché moderne à la préfecture de Blitta


Dans le souci de permettre aux populations de la préfecture de Blitta, située à 267 km au nord de Lomé, de vaquer dans la quiétude à leurs activités commerciales, l'Agence Nationale d’Appui au développement à la Base (ANADEB) leur  a offert un marché moderne. Ledit marché a été inauguré, le jeudi 16 janvier 2020, en présence des autorités locales, des leaders communautaires et d'une foule des grands jours. 

La construction de ce marché s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC). Ce joyau offert aux communautés est doté de huit  hangars de type préfectoral, dix-neuf hangars de type cantonal réhabilités, un bloc de dix boutiques, un bloc administratif, une boucherie, deux abris bétails, deux blocs de latrines, quatre magasins de stockage, un forage photovoltaïque avec superstructure, un dépotoir intermédiaire et une clôture de façade. Des ouvrages d'assainissement et un dallage au sol dans les allées de circulation, pour éviter l'inondation du marché en période de pluies. Ces travaux permettront de préserver la salubrité du site du marché, d'améliorer l'hygiène alimentaire et corporelle des usagers et de réduire les distances, les peines et les délais d'accès à l'eau dans le marché.

"La mise en place de cette infrastructure marchande vient contribuer à l'amélioration du cadre de travail des commerçants. Elle pallie le problème d'exiguïté et d'occupation anarchique des espaces dans le marché actuel et dans ses alentours .Elle offre une plus grande sécurité aux marchandises face aux intempéries et aux sols, et constitue un levier pour l'accroissement des activités commerciales de la population marchande de toute la préfecture de Blitta et ses environs", a précisé Mazalo Katanga, directrice générale d’ANADEB. 

D'un coût total de 445 millions de francs CFA, la construction de ce marché a été totalement financé par le PUDC qui a pour objectif d'améliorer de façon significative les conditions de vie des populations vivant dans les zones reculées où il y manque d'infrastructures et services sociaux économiques de base.

545 millions investis dans la région centrale (préfectures de Blitta et de Sotouboua), à travers l'accompagnement de lANADEB dans le cadre du PUDC.

Isidore AYEKO

Togo : AIMES-AFRIQUE et INAM s'engagent pour assurer la santé des couches vulnérables


L'ONG AIMES-AFRIQUE célèbre ses 15 ans d’existence cette année. A cette occasion elle organise des activités commémoratives dont la signature d’une convention de partenariat avec l’Institut national d’assurance maladie (INAM). La cérémonie  s'est déroulée vendredi à Lomé.
 
Ce jubilé de cristal est placé sous le thème : "Vulgarisation de l’Appel de Genève sur le droit à la Santé des populations rurales et des personnes travaillant en zones rurales en Afrique". Le thème fait suite aux grandes résolutions prises lors de la conférence tenue en décembre dernier au Palais des Nations Unies à Genève sur "La problématique d’accès aux soins de santé en zones rurales".

Spécialisée dans la santé et l'éducation, l'ONG AIMES-AFRIQUE s'est donnée pour mission d'assurer la santé des couches vulnérables notamment dans les zones reculées. À l'occasion de ses 15 ans, l’équipe dirigeante d’AIMES-AFRIQUE a réitéré son engagement et détermination à poursuivre la mission dans le but d'atteindre plus de vulnérables en manque de soins de santé adéquat.

En effet, il est primordial pour Dr Michel Kodom, Président Fondateur d’AIMES-AFRIQUE et son équipe d'agir davantage pour réduire l’inégalité d’accès aux soins de qualité en Afrique.

Et pour cause.  Environ 3,4 milliards de personnes, soit près de 45 % de la population mondiale, vivant dans les zones rurales, n'ont pas accès aux soins de santé.

Face à ce défi, l'appel de Genève constitue un outil efficace pour l'équipe d'AIMES-AFRIQUE. Il recommande la disponibilité d'un "fonds  mondial d’appui aux initiatives ciblant le droit des paysans et des personnes travaillant en zones rurales en Afrique". Ce fonds a été lancé au cours de la cérémonie.

"Il s’agit de mobiliser au moins 1 milliard de FFCA, pour pouvoir permettre aux populations vivant en zone rurale d’être prises en charge. Ce fonds que nous lançons aujourd’hui, c’est pour mobiliser plus de ressources pour permettre au monde rural d’avoir accès aux soins de santé de qualité, d’avoir accès à l’information sanitaire et surtout de former les acteurs de la santé, à savoir les agents de santé communautaire, les médecins traditionnels … Et ceci sera réalisable grâce à l’accompagnement aussi bien de l’INAM, de la Coopération allemande que de l’Etat togolais et nos autres partenaires ", a expliqué Dr Kodom à la suite de la signature de partenariat avec l'INAM.

En dehors du lancement de ce fonds, la célébration a été marquée par la distinction des acteurs qui ont d'une manière ou d'une autre œuvrés inlassablement dans la réussite des missions de l'ONG AIMES-AFRIQUE à travers le monde.

Créée en 2005, AIMES-AFRIQUE a pour mission d’amener l’hôpital vers les populations. Après 15 d'existence, elle est présente dans 15 pays à travers le monde.

Eza Agbévi

17 janv. 2020

Le Togo s'active pour son 5èm recensement général de la population


Le Togo procédera au cours de cette année à son 5em Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH-5). En attendant de fixer  la date de cette opération, le gouvernement à travers le ministère de la planification, du développement et de la coopération a échangé jeudi  à Lomé avec ses partenaires techniques et financiers sur le RGPH.
 
Au cours de la rencontre, le gouvernement a expliqué le projet aux partenaires pour leur adhésion avec à la clé le financement de l'opération.

"A travers l'engagement des plus hautes autorités, le Togo veut s'inscrire dans la périodicité décennale recommandée par les Nations Unies pour l'actualisation des informations sur la population. Toutefois, au regard des moyens financiers, humains et matériels requis, le financement de cette importante opération nécessite un accompagnement de l'ensemble des partenaires techniques et financiers", a expliqué Ayawovi Demba Tignokpa, ministre en charge de la planification.

L'opération de recensement  sera réalisée par l'Institut de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) à hauteur de huit milliards cent quatre-vingt-neuf millions neuf cent un mille neuf cent trente (8 189 901 930) FCFA.

A en croire Kouassi Koame, directeur général de l'INSEED, le gouvernement a déjà mobilisé dans le cadre ce projet près de quatre milliards de FCFA, qui représentent 55℅ du budget.

Pour mobiliser le reste du budget, le gouvernement a sollicité le Fonds des nations pour la population (UNFPA), chef de file des partenaires techniques et financiers du Togo de mutualiser les efforts pour soutenir l'initiative. Cette représentation de l'organisation onusienne a compris la portée de la demande et s'est montrée disponible pour soutenir le projet.

"Le RGPH est une opération d'envergure et coûteuse qui nécessite qu'on fédère nos énergies autour d'elle pour sa réussite", a lancé Josiane Yaguibou, représentante résidente de l'UNFPA au Togo.

Cette opération du 5em RGPH permettra au Togo, d'actualité les données de la population.

Eza Agbévi