27E DIALOGUE: "LES TEMPLIERS" ENCOURAGENT LES PROTAGONISTES À S'ENTENDRE SUR LE NÉCESSAIRE



Dans un mémorandum intitulé « Appel des audacieux aux acteurs politiques togolais » rendu public le 21 Février dernier,  le Mouvement « Les Templiers », se félicite de l'ouverture du dialogue entre les acteurs politiques togolais. A travers ce mémorandum, le Mouvement encourage les protagonistes à poursuivre les discussions dans un esprit de recherche de l'intérêt supérieur de la nation.
 
En effet, bien avant l'ouverture du dialogue, le Mouvement n'a cessé d'appeler les acteurs politiques à une table de négociations. Voilà que c'est chose faite, il s'en félicite.
Dans leur document, les membres du Mouvement « Les Templiers », aussi préoccupés à présent par l’issue favorable et prometteuse du dialogue inter togolais, se sont permis, de faire « humblement et modestement », des propositions aux acteurs politiques prenant part aux pourparlers.

Pour le Mouvement,  l’ensemble des protagonistes au dialogue doit accepter  que « la Constitution de 1992 ne peut plus revenir dans son intégralité ». Toutefois, il précise que les fondamentaux doivent être reconduits pour une nouvelle constitution.

Il s’agit entre autres, de la limitation du mandat présidentiel, l’élection présidentielle uninominale majoritaire à deux (2) tours et ceci à partir de 2020, que les deux (02) dispositions précitées soient retenues et ne peuvent être appliquées aux autres postes électifs (députés, sénateurs, maires) qu’après la présidentielle de 2020.

« Que la période 2015-2020 soit considérée et acceptée par tous comme le 1er mandat de l’actuel Chef de l’Etat qui ne peut se représenter encore qu’une seule fois », ont proposé « Les Templiers ».

En cas de victoire d’une partie sur l’autre à une quelconque élection, le Mouvement  propose que d’abord dans le cas des élections législatives à venir, que le gagnant accepte que « les postes du Bureau de l’Assemblée Nationale soient négociés et répartis entre toutes les forces politiques élues et représentées à l’Assemblée nationale ».

« Il devrait en être de même pour les présidents des commissions parlementaires », a précisé le Mouvement.

Les membres du Mouvement proposent qu’en cas de victoire d’une partie sur l’autre à une quelconque élection, qu’un gouvernement de coalition ou de cohabitation soit formé entre tous les partis disponibles pour la poursuite de la politique de réconciliation nationale.

En cas de l’élection présidentielle, le Mouvement a souhaité que le gagnant « s’engage à former un gouvernement de cohabitation ou d’union nationale pour poursuivre les œuvres de la réconciliation déjà amorcées dans le cadre de la transition démocratique pacifique ».

« En regardant dans le rétroviseur durant ces six derniers mois (Août 2017-Février 2018), toute la vie économique togolaise est marquée par la paralysie des activités socio-économiques dans tous les secteurs et domaines aussi bien publiques, parapubliques que privés. Plus grave et suicidaire, c’est le cas du secteur informel et privé qui permet aux citoyens vulnérables de vivre le jour au jour », ont déploré « Les Templiers ».

Par l'intermédiaire du mémorandum, « Les Templiers » ont lancé un appel pressant « aux parties prenant part au dialogue à trouver des solutions durables non seulement politiques mais aussi sociales et économiques à tous les problèmes de notre pays, y compris ceux de l’éducation et de la santé ».

Par la voix de son Maréchal, Jean-Luc Homawoo (Photo), le Mouvement a exprimé toute sa gratitude à l’ensemble des protagonistes de la crise d’avoir « écouté, accepté et adopté » dans leur déclaration finale des travaux préparatoires, « les concepts et valeurs démocratiques universels, très chers et sacrés à son organisation, que sont : la sympathie et la courtoisie politique, le respect mutuel lors des débats, la non-violence et la tolérance, le consensus, le respect et la préservation de la dignité humaine, la liberté et le respect des droits des uns et des autres et enfin la paix sociale, gage de tout développement économique ».

« Que ce cri d’appel à la réconciliation nationale écouté et partagé par tous les acteurs politiques, que cette résolution de dialogue politique sincère et franc convenu entre parti au pouvoir et opposition ne soient pas de vains mots et vogués en l’air mais qu’ils soient concrètement traduits dans les comportements et dans les faits pour une solution définitive et durable aux problèmes togolais », ont-ils lancé.

A en croire « Les Templiers », en politique, tout n’est que facteur « temps et patience »« Aussi, devrions-nous donc éviter d’user des termes extrémistes parfois nuisibles comme : jamais, impossible, c’est trop tard, ça ou rien ».

Ils ont également exprimé leur reconnaissance aux présidents togolais et ghanéen et les encouragent « pour un dénouement heureux de la suite du processus du dialogue ».

Esaie EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire