GERRY TAAMA APPORTE SA CONTRIBUTION POUR LA RÉUSSITE DU DIALOGUE



Bien qu'elle ne soit pas invitée à prendre part au dialogue inter togolais ouvert lundi par le président ghanéen Nana Akufo Addo, et qui se poursuit ce vendredi, la formation politique Nouvel Engagement Togolais (NET), a trouvé une alternative pour apporter sa modeste contribution à la réussite de cette ultime assise. Elle a fait et soumis des propositions sur les sujets inscrits à l'ordre du jour aux parties prenantes et à la facilitation. En attendant que ses propositions ne soient prises en compte, le président de la formation, Gerry Taama a rencontré la presse jeudi pour expliquer la démarche de son parti.

Dans sa proposition, le NET a touché les aspects cruciaux de la vie politique togolaise tels que le cadre électoral, la composition de la cour constitutionnelle et la question de retour à la constitution originelle de 1992.

S'agissant du vote des togolais de la diaspora tant réclamer ces six dernier mois par la coalition des 14 partis de l'opposition, le NET pense qu'une loi soit votée et qui prendra en compte le souhait des togolais de l'étranger. Le NET propose alors 4 sièges pour la diaspora à l'Assemblée nationale.

Le NET propose ensuite, en ce qui concerne la composition de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), qu’elle prenne en compte les trois partis extra-parlementaires ayant enregistré les plus grands suffrages aux élections générales précédentes à sa composition.

Pour ce qui est de la cour constitutionnelle, le NET réitère sa proposition relative à la mise en place d'une équipe d'enquêteurs déployés sur le terrain capables de lui fournir les éléments qui lui permet d'étayer les vérifications à la suite des recours.

En vue des élections transparentes, le parti de l'ancien militaire plaide pour une relecture du code électoral, notamment en ce qui concerne le découpage électoral et la recherche de solution au problème de doublon  dans le fichier électoral. Le NET suggère donc le recensement électoral à la veille de chaque élection afin de disposer d’un fichier neuf, l'allongement de la période d'affichage des listes électorales, l'amélioration de la capacité du logiciel à traquer les doublons et s'assurer de indélébilité de l'encre.

Toujours dans le but d'assurer la transparence des élections, le NET plaide pour un travail de fond de la cour des comptes. Le parti de Gerry Taama propose alors pour une dotation de la cour des comptes d'une police électorale, chargé de suivre sur le terrain les dépenses de la campagne qui dépassent très régulièrement les seuils autorisés chez certains candidats.

Abordant la question du retour à la constitution originelle de 1992, le NET est plus ou moins ferme, contrairement à la C14 qui est catégorique. Au NET, l'on est ferme pour une seule chose, la limitation à deux du mandat présidentiel. Le NET relève alors des insuffisances dans la constitution de 92 et propose qu'elle soit réadaptée à la période actuelle du pays. Le parti de Gerry Taama propose et insiste sur l'insertion d'une disposition dans la constitution qui interdirait toute modification de l'article relatif à la limitation de mandat présidentiel.

Ces propositions du NET sont déjà envoyées au facilitateur et aux deux principaux protagonistes de la crise à savoir pouvoir et opposition. Il souhaite par ailleurs rencontré le président ghanéen, Nana Akufo Addo, qui joue la facilitation au cours du dialogue et espère vivement que ses propositions seront prises en compte durant les discussions qui vont durer 10 jours.

Esaïe EDOH 

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire