LE POUVOIR DE LOMÉ S’OBSTINE A NE PAS LIBÉRER LES MEMBRES DU MOUVEMENT "NUBUEKE"


Sur les 45 annoncés pour être libérés, seulement 41 ont été relaxés à ce jour. Manquent à l’appel des libérés, Messenth Kokodoko, Joseph Eza et Bob Attikpo, tous membres du Mouvement citoyen « NUBUEKE ».

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition avait fait de la libération de ces détenus la condition de sa participation au 27e dialogue inter togolais pour une sortie de crise. Ce qui a amené le gouvernement sous la facilitation du président ghanéen Nana Akufu Addo d’accéder à la demande de l’opposition.

Sauf que dans l’exécution du compromis trouvé le jour de l’ouverture du dialogue, le gouvernement trouve à redire.

Selon le garde des sceaux. Il s’agit plutôt de 35 personnes (et non 45 telles annoncées par la facilitation ), qui ont bénéficié de la grâce présidentielle. A ces 35, s’ajoutent 6 autres personnes arrêtées dans l’affaire des incendies. « Dans l’affaire des incendies, ils étaient 7 mais une personne avait déjà bénéficié d’une liberté provisoire, sous contrôle judiciaire », explique le ministre Pius Agbetomey à nos confrères d’Africardv.com.

Alors que le communiqué sanctionnant les travaux du 1e jour du dialogue fait cas de 45 détenus à recouvrir la liberté.

Au sujet de la libération des membres du Mouvement « NUBUEKE », le garde des sceaux explique que la mesure d’apaisement en cours ne les concerne pas. Et pour cause, leur cas relève d’une procédure criminelle.



« C’est une procédure criminelle, il faut que l’instruction préparatoire s’immisce, renvoie le dossier vers la chambre d’accusation de la Cour d’appel comme ce fut le cas du dossier des incendies mais cela n’exclue pas qu’au cours de la procédure, si les circonstances  l’exigent, peuvent aussi bénéficier d’une liberté provisoire », explique le Ministre Agbetomey.

A la reprise du dialogue ce vendredi, les protagonistes à la crise auront à évaluer la mise en œuvre du compromis trouvé concernant le 1e point inscrit à l’ordre du jour du dialogue.

Rappelons que le président Nana Akufu Addo est de nouveau annoncé à Lomé pour conduire les travaux de ce 2e jour du dialogue.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire