LES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE AGRÉÉS APPELLENT A LA CRÉATION D’UN CADRE JURIDIQUE POUR L’EXERCICE DE LEUR MÉTIER



Afin de trouver des solutions aux  tracasseries policières et judiciaires auxquelles ils sont confrontés dans l’exercice de leur fonction, les commissionnaires en douane agréés du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger et du Togo ont appelé à la création d’un cadre juridique pour réglementer l’exercice de leur métier. Un appel lancé vendredi à Lomé à la fin  de la 2ème édition des journées du commissionnaire en douane agréé.

Dans la déclaration dite de Lomé, les commissionnaires en douane agréés demandent aux gouvernants de prendre des dispositions idoines pour mettre fin à ces tracasseries qui constituent un frein dans la rapidité de leur métier.

Et pour y arriver, ils demandent la création d’un cadre juridique de leur métier, la professionnalisation du métier avec maîtrise des outils et des textes réglementaires, l’assainissement du milieu et la mise en place d’un cadre formel d’échanges et de prise de décisions concertées avec l’administration de la douane.

Par ailleurs à Lomé, les commissionnaires en douane agréés ont décidé de la création d’une fédération des commissionnaires en douane agréés de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Rappelons que la 2ème édition des journées du commissionnaire en douane agréé a été organisée par l’Union Professionnelle des Agréés en Douane du Togo (UPRAD-Togo) a eu pour thème : « Quelle protection juridique pour le commissionnaire en douane agréé dans l’exercice de sa profession ? ».

Edmond VIDZRO
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire