BOUKPESSI AUTORISE LA C14 A MANIFESTER A LOMÉ SEULEMENT DANS BE


La coalition des 14 partis politiques de l’opposition projette de manifester de nouveau à Lomé et dans toutes les grandes villes du Togo. Ainsi, les 25, 26 et 28 avril prochains, la C14 attendent les togolais dans la rue pour exiger le retour à la version originelle de la Constitution de 1992, la révision du cadre électoral avec la prise en compte du droit de vote des togolais de la diaspora, la libération des « détenus politiques » ainsi que le déverrouillage des institutions de la République. Si le gouvernement togolais ne comprend plus ce énième appel à manifester de la C14, il ne l’interdit  non plus mais modifie les itinéraires. 

Dans une lettre réponse à la C14, le gouvernement togolais par le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi (Photo) a manifesté son incompréhension face à l’entêtement de la coalition à poursuivre les manifestations malgré l’engagement pris de les surseoir à la faveur du dialogue inter togolais censé sortir le pays de la crise sociopolitique.

Si le gouvernement déplore cette volonté manifeste  de la C14 à poursuivre les manifestations, il dit tirer toutes les conséquences de l'attitude de la Coalition.

« Le gouvernement prend acte de cette attitude regrettable  et va en tirer toutes les conséquences qui s’imposent », écrit Payadowa Boukpessi.

Critiqué pour avoir interdit les dernières manifestations de la C14, Payadowa Boukpessi autorise cette fois-ci les marches des 25, 26 et 28 avril prochains, mais en prenant soin de modifier les itinéraires de la C14.

Il fonde sa décision sur la base de multiples plaintes des riverains des voies que les manifestants de la coalition empruntent depuis 7 mois et qui ont atteint leur paroxysme.

Selon M. Boukpessi, les manifestants quitteront Bè-Gakpoto et le Marché Bè pour chuter au Carrefour de l’Eglise des Assemblées de Dieu à Anfamé.

Pour le ministre, les manifestations demeurent interdites dans les villes de Mango, Bafilo et Sokodé.
Cette modification d’itinéraires qui consiste à circonscrire les manifestations de Lomé uniquement dans les contrées du quartier Bè sans l’accord des responsables de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition risque d’envenimer davantage la situation qui prévaut depuis 7 mois dans le pays.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire