CRISE TOGOLAISE : UN GROUPE D’OSC FORMULE DES RECOMMANDATIONS AU POUVOIR ET A L’ OPPOSITION


Un groupe de 7 organisations de la société civile appelle le pouvoir de Lomé et la coalition des 14 partis de l'opposition à la retenue et à la pondération. Dans une note adressée à ces deux entités politiques, le groupe des 7 encourage les parties prenantes à poursuivre le dialogue et formule des recommandations en vue d'une sortie de crise.

Les sept organisations de la société civile à savoir WANEP-TOGO, CNSC-TOGO, ACAT-TOGO, CACIT, REPSFECO-TOGO, CEJP-TOGO, SADD, réunies au sein du G7, suivent de près l'évolution de la crise politique togolaise. Pour ce groupe des 7, l'ouverture du dialogue le 19 février dernier est un symbole d’espoir, car elle a permis la libération de quelques prisonniers politiques, la suspension du processus électoral acceptée par le gouvernement togolais et la suspension des manifestations publiques par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition.

Malheureusement, ces progrès enregistrés à la suite de l'ouverture du dialogue n'ont pas fait "long feu" avec la reprise des manifestations émaillées de violence la semaine écoulée. Ce qui remet en cause l'aboutissement heureux espéré à l'entame des négociations.

"La situation de ces deux jours de manifestation, démontre donc à elle seule, que l’objectif général et les deux premiers objectifs spécifiques du dialogue seront difficilement atteints, si la compréhension et confiance mutuelle continuent par faire défaut. Aussi, la plupart des points inscrits à l’ordre du jour des discussions, annoncés à la première séance du dialogue et non encore abordés à sept (7) jours de la fin du dialogue, soulèvent autant d’interrogations que de préoccupations", souligne le G7 dans sa correspondance.

Face à cette situation qui prend une nouvelle tournure, le G7 formule des recommandations pressantes à l'endroit des deux entités politiques.
Il demande aux parties prenantes au dialogue, le respect des principes 1 et 2 qui portent sur la mise en avant de l’intérêt national et de la résolution pacifique des différends, et interpelle particulièrement le gouvernement à veiller au respect du principe directeur 3, qui demande qu’on garantisse la sécurité de chaque délégué prenant part au dialogue.

Le G7 invite ensuite les protagonistes à se plier aux principes directeurs 4 et 5, qui les exhortent à l’emploi d’un langage courtois d’une part et d’autre part, les appelle à s’en tenir au contenu des communiqués dans leur interaction avec la presse.

Enfin, il attire l’attention des parties prenantes au dialogue sur la lenteur du processus, au regard du déséquilibre apparent entre la durée restante du dialogue et le nombre important de points de discussion non encore abordés, et exhorte le gouvernement à respecter son engagement de sursoir au processus de préparation des élections et à prendre des dispositions pour la libération des autres prisonniers politiques.

En attendant que les parties prenantes n'observent les recommandations du G7, une nouvelle série de manifestation est annoncée la semaine prochaine par la C14.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire