LA FOIRE DORÉNAVANT SUPPRIMÉE DES JOURNÉES CULTURELLES DE L’UNIVERSITÉ DE LOMÉ


L’édition 2018 des Journées Culturelles de l’Université de Lomé (JOCUL) s’organise du  23 au 29 avril sur le campus universitaire de Lomé. L’information a été portée à la connaissance des professionnels des médias jeudi au cours d’une conférence de lancement des JOCUL animé par le Prof Joseph Tsigbé, directeur du COUL. Cette année, les JOCUL se tiendront sans la foire.

En effet, la foire a été initiée pour servir de cadre aux étudiants entreprenants et talentueux de valoriser leurs talents et arts. Mais très vite, cette foire a été détournée de son objectif principal devenant un mini marché où sont mis en avant les commerçants de la ville de Lomé étouffant entièrement les initiatives étudiantes. Pire, ce qui marchait le mieux pendant ces foires c’était la vente des boissons alcoolisées, ce qui met en porte-à-faux, l’université vis-à-vis des valeurs qu’elle se bat à promouvoir, dont la lutte contre l’alcoolisme au sein de la jeunesse estudiantine. Enfin, la foire s’est transformée en lieu de débauche de toute nature, ce qui ne pouvait laisser indifférente les autorités universitaires.

Face à cette situation, le Prof Joseph Tsibgé (Photo), directeur du COUL a indiqué que les autorités universitaires avec l’accord du collège des délégués généraux ont jugé bon d’interdire la foire pendant les JOCUL afin de n’être pas complices de la dépravation des mœurs et de la propension de la débauche.

« Déjà l’année dernière, l’idée d’interdire la tenue de la foire avait été évoquée. Le collège des délégués généraux avait alors pris l’engagement vis-à-vis s des autorités universitaires de la recadrer, faute de quoi, il autoriserait les autorités universitaires à l’interdire les années à venir. Après donc la foire de 2017, les mêmes dérapages précédemment constatés se sont répétés et les délégués eux-mêmes, pour être en harmonie avec leur parole donnée ont estimé qu’ils ne pourront plus s’opposer à sa suppression » a-t-il expliqué.

L’édition de cette année sera marquée par les activités traditionnelles des JOCUL, le salon du livre des universités du Togo, le salon Élite et surtout la rencontre avec les modèles de réussite invités.
Rappelons que les JOCUL sont initiées pour favoriser la diversité culturelle et la recherche de l’excellence au sein de la communauté estudiantine, favoriser l’épanouissement de l’étudiant par la valorisation de ses talents et de ses aptitudes dans tous les domaines et de susciter l’esprit d’initiative et la créativité à but lucrative chez les étudiants.

 Edmond VIDZRO

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

3 commentaires:

  1. L'idée de suprimé la foire des activités cultureles à l'université de Lomé n'est pas ingénieur. Vous venez de dir qu'elle à été conçu juste pour permettre aux étudiants de valorisé leurs savoir faire, d'entreprendre ...... mais alors pourquoi vous acceptez que les grands commerçant viennent pour vendre ; les grands entreprise comme la brasserie( qui vent toute sorte de boisson,même les plus alcoolisées) et de plus vous lui réservé la plus grande stande;voltic, FAN MILK, les grands commerçants du grand marché de Lomé,même les vendeurs de whisky et autres y sont..... et au final il n'y a plus de place pour permettre au étudiants d'installer leurs marchandises.
    La foire n'a pas besoin d'être suprimé, il faudra juste éjecté les autres entreprises de la scène la plus forte raison de ne pas autorisé la vente d'alcool. Si vous tenez tend à suprimé la foire parce-que les étudiants se donnent trop à alcool alors il va vous falloir de supprimé l'espace de la sainte car c'est aussi un lieu où on commercial l'alcool et les étudiants se soûlent chaque temps laba.
    Vous ne voulez pas être complice de la dépravation des moeurs et de la propension de la débauche alors chers professeurs faite les choses dans les normes.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Les décision de ce pays sont droles.On parle de recherche et de savoir faire des étudiants(des etudiants qui ne connaissent point d'epanouissement et qui se plaignent toute l'année).

    On dénonce l'alcool comme si l'alcool se vendait juste au campus.

    On parle de depravation de moeur(comme c'est drol).

    Vous vous attendez a quoi?

    C'est une foire.

    On parle de détournement de l'objectif premier de la foir pour la transformer en un lieu de marché(mdr) et sous les yeux des responsables du campus.

    Laissez la foire la où elle se trouve.la suprimer va multiplier les greves et creer une immense revolte.

    Le probleme nest pas la foire.non.Notre probleme est autre chose que lon refuse de devoiler.

    RépondreSupprimer