UNE SIGNATURE DE PROTOCOLE D’ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES SYNDICATS DES ENSEIGNANTS MET FIN AUX GRÈVES


Le gouvernement togolais a signé mardi à Lomé à la primature, siège du gouvernement un protocole d’accord avec les syndicats du secteur de l’éducation. La cérémonie de signature dudit protocole d’accord présidée par le premier ministre Komi Selom Klassou est le fruit de six semaines de discussions inclusives entre le gouvernement, les syndicats de l’enseignement et d’autres acteurs du secteur de l’éducation et met fin à la crise qui mine le secteur de l’éducation au Togo.


 Axé sur 10 points pour  améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants togolais, ce protocole d’accord issu des travaux d’un groupe de travail, créé à cet effet le 17 janvier 2018, a été conclu entre les parties signataires, à savoir les fédérations des syndicats d’enseignants membres du Cadre permanent de concertation (CPC), la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) et le gouvernement, sous les regards témoins des centrales syndicales et des associations de parents d’élèves.

Sa signature va rétablir le climat d’apaisement et de sérénité nécessaire au bon déroulement des activités pédagogiques et scolaires qui ont été perturbées depuis la rentrée scolaire 2017-2018 par des mouvements récurrents de grèves.

Pour le premier ministre Komi Selom Klassou, ce protocole d’accord prend en compte tous les maux qui minent le secteur de l’éducation au Togo.

«Le Gouvernement se réjouit du fait que, dans le respect de la feuille de route qui vous a été remise, vous avez établi un diagnostic partagé sur l’état actuel de notre école, ses forces et faiblesses, ses réussites, mais aussi les défis à relever sur les cinq prochaines années » a-t-il déclaré.

Se félicitant des résultats obtenus à travers une démarche inclusive et participative mais aussi par l’approche globale désormais privilégiée pour la solution efficiente et durable des problèmes du secteur éducatif, le Premier ministre a rappelé les efforts consentis par le gouvernement notamment en matière de revalorisation des primes des enseignants, dès cette année 2018,et d’amélioration de la subvention accordée à l’enseignement confessionnel.

« Au regard de tous ces efforts, à souligner le Premier ministre, le gouvernement demande qu’à l’instar de l’école, où, malgré la pluralité des acteurs (enseignants, surveillants, directeurs, inspecteurs, conseillers pédagogiques, personnels administratifs, etc.) chacun joue parfaitement son rôle et rien que son rôle, que dorénavant, chaque acteur privilégie la performance et l’atteinte des résultats en évitant de poser tout acte exogène à l’école mais dont les conséquences viendraient impacter et perturber le bon déroulement des activités pédagogiques» a-t-il souhaité avant d’inviter chacune des parties prenantes « à faire preuve de bonne volonté  en respectant fidèlement les dispositions du présent protocole d’accord ».

Par ailleurs, Komi Selom Klassou a instruit les ministres en charge de l’éducation et de la formation professionnelle à procéder d’ici la semaine prochaine à un réaménagement du calendrier scolaire, un redécoupage devenu impératif pour rattraper les pertes de temps occasionnées par les nombreuses perturbations.

Thierry AFFANOUKOE


Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire