DES CADRES DU MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE S’APPROPRIENT LE TIRSAL


Après son lancement en avril dernier par le chef de l’État, Faure Gnassingbé, le TIRSAL (Togo Incentive-Based Risk Sharing System for Agricultural Leading) est au cœur d’une formation ouverte mardi à Lomé. Une formation consacrée à l’appropriation du mécanisme innovant et incitatif de financement du secteur agricole.

Prennent part à ladite formation, les cadres du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pèche qui pendant trois jours, seront outillés par un groupe d’experts venus du Nigéria. Placée sous le thème : « Stratégies et communication du TIRSAL, le mécanisme incitatif de finance agricole fondé sur le partage des risques », ladite formation est axée sur la recherche de Fonds innovant pour une agriculture professionnalisée orientée business afin de rendre plus compétitive l’agriculture togolaise.

En effet, la mise en œuvre du TIRSAL amènera le Togo à relever le défi de la transformation de ses productions agricoles et accroitre les bénéfices des paysans et du pays.

Ce choix de Faure Gnassingbé pour l’agriculture togolaise, vise à rendre plus compétitif le secteur agricole pour ainsi réussir la mutation de l’agriculture togolaise de son état traditionnelle vers une agriculture de marché. D’où la création de 10 agropoles, d’ici à 2030 pour éradiquer la pauvreté et créer de l’emploi.

Sauf que la mise en place de ces agropoles nécessite beaucoup d’investissements notamment ceux du secteur privé et des banques. Mais ceux-ci, à cause des risques n’osent pas à investir dans le secteur agricole togolais. Un problème que résolve le TIRSAL.

« A l’issue de cette formation, les participants iront sur le terrain pour former à leur tour non seulement les agriculteurs mais aussi les Ongs, les banquiers, les courtiers, les collectivités locales qui gèrent le foncier pour que tous ces acteurs s’approprient le TIRSAL », a déclaré Ouro-Koura Agadazi, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Et pour la réussite de TIRSAL, le gouvernement togolais s’est engagé à mobiliser 65 milliards de FCFA comme capital d’amorçage avec pour objectif  de lever à terme, 650 milliards de FCFA.

Ce fonds devrait favoriser l’accroissement de prêts bancaires au secteur agricole à 5% dans un délai de 10 ans, intensifier les prêts aux petits exploitants agricoles pour atteindre 50% du portefeuille total des financements octroyés au secteur. Il permettra par ailleurs d’accompagner un millions d’agriculteurs d’ici 2021, puis réduire le taux d’intérêts des crédits octroyés de 15 à entre 7,5 et 10,5%.

Rappelons que la réussite d’un projet similaire au Nigéria, enchante beaucoup les autorités d’où l’initiative au Togo.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire