MANIFESTATION DE RUES : QUAND L’ITINÉRAIRE DIVISE DE NOUVEAU GOUVERNEMENT ET C14


La coalition de l'opposition prévoit de nouvelles manifestations de rues les 9 et 12 mai et un meeting le 13 du même mois, pour protester contre le régime de Faure Gnassingbé. Mais comme ce fut le cas lors de la dernière manifestation, les itinéraires divisent de nouveau  la coalition des 14 partis politiques de l’opposition et le gouvernement.
 
La C14 reste déterminée à "chasser" Faure Gnassingbé par la rue. Voilà pourquoi elle annonce une nouvelle série de manifestation cette semaine qui risque d'être de nouveau émaillée de violences. Et pour cause, les deux parties ne s’accordent pas sur l'itinéraire.
La C14 a décidé de maintenir ses anciens itinéraires aussi bien à Lomé  qu'à l’intérieur du pays. Mais le gouvernement n'entend pas laisser la C14 emprunter cet itinéraire et lui fait une autre proposition. 
Selon le ministre de l'administration territoriale, Payadowa Boukpessi (Photo), qui a adressé un courrier à la C14,  le gouvernement continue d’enregistrer des plaintes des riverains liées à la gêne que causent les manifestations sur les voies que les manifestants empruntent depuis plus de 7 mois.
"Ces plaintes constituent un risque grave de troubles à l’ordre public, le gouvernement vous confirme que les manifestations sur tous les anciens itinéraires empruntés ne sont plus acceptées", explique-t-il.
Le ministre de l’administration convie donc les manifestations sur des artères du canton de Bè à Lomé.
Payadowa Boukpessi justifie sa décision par les articles 12, 13, 14 et 16 de la loi du 16 mai fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestations pacifiques publiques.
Dans sa correspondance, le ministre Payadowa déplore également la volonté de la coalition de violer les mesures prises par le facilitateur, en prévoyant de manifester à nouveau pour des questions qui sont en cours de discussion au sein du dialogue inter-togolais.
"Le gouvernement dit prendre acte de cette attitude regrettable et en tire toutes les conséquences qui s’imposent", écrit-t-il de nouveau
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire