EBOMAF TISSE SA TOILE SUR L’AFRIQUE : DES MARCHES DE 234 MILLIARDS FCFA AU LIBERIA, 181 MILLIARDS AU BURKINA


LA SIERRA LEONE, PROCHAIN OBJECTIF

A l’allure où va l’entrepreneur panafricain Mahamadou Bonkoungou, il ne sera pas surprenant d’entendre dire dans quelques années : « Qui ne connait pas EBOMAF ne connaît pas la route en Afrique ». Après le Burkina Faso, le Togo, le Benin, la Côte d’Ivoire et la Guinée, le matériel lourd d’EBOMAF foule le sol libérien pour un marché de 234 milliards FCFA, et ce n’est pas fini. La Sierra Leone semble le prochain pays à toucher par son savoir-faire.

L’information sur le Liberia a été rendue publique par La Lettre du Continent. Le service de communication de l’entreprise l’a confirmée. EBOMAF vient de décrocher un marché de 234 milliards FCFA au pays de Georges Weah, ancien footballeur et ballon d’or.

« Le groupe Ebomaf de l’homme d’affaires burkinabè Mahamadou Bonkoungou vient d’être cadeauté d’un contrat de 420 millions $ (234 171 326 760 de FCFA) au Liberia. Cette signature concerne la construction de près de 260 km de routes à travers tout le pays. Les aspects juridiques de cet accord ont été encadrés par le ministre libérien de la justice, Charles Gibson. Mahamadou Bonkoungou est un proche du président George Weah.  Pour financer ce méga-contrat, le ministre libérien des finances et du développement, Samuel Tweah, a demandé au gouvernement de lancer une opération de levée de fonds sous la forme d’un eurobond rémunéré à 6,5% sur 15 ans. La présidence libérienne prévoit par ailleurs d’utiliser la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC), basée à Lomé, ainsi que l’Afreximbank comme relais financiers d’Ebomaf dans le pays », a annoncé le journal dans sa parution n° 778 du 6 juin 2018.

Le chargé de communication a confirmé dans la foulée. Ainsi, après son pays d’origine, le Burkina Faso, le Togo, le Benin, la Guinée et la Côte d’Ivoire, le géant des BTP débarque au Liberia pour y déployer son expertise.

A en croire le chargé de communication, la Sierra Leone devrait être le prochain objectif de l’entreprise. Mais en attendant, on apprend cette semaine qu’un conseil des ministres dans son pays a décidé de lui octroyer un énième marché public.
  
Dans le compte rendu du ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement à l’issue du dernier conseil des ministres au Burkina Faso, il est ressorti qu’au titre de la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi, le conseil a adopté pour le compte du ministère des Infrastructures un rapport portant approbation de la proposition de Partenariat public privé (PPP) relatif au projet de construction et de bitumage du boulevard périphérique de la ville de Ouagadougou -voie de contournement Nord et Sud- par la procédure d’entente directe.

Plus précisément, le Conseil « a marqué son accord pour l’attribution du marché à l’Entreprise BONKOUNGOU et Frères (EBOMAF) pour la construction et le bitumage de 125 km de route, et à l’entreprise Génie Civil Transport Aménagement Hydraulique (GTAH-Ingénieurs conseils) pour le suivi conseil, pour un montant total de cent quatre-vingt-un milliards soixante-huit millions trois cent quarante un mille deux cent dix-huit (181.068.341.218) FCFA, Hors Douane. La durée d’exécution du marché est de trente-six (36) mois ».

L’actuel Premier ministre ivoirien, Mamadou Gon ne pensait pas si bien dire lorsqu’il disait –alors qu’il était ministre des Infrastructures- qu’EBOMAF pourrait « gagner gros » si elle livrait ses ouvrages lancés dans le nord de la Côte d’Ivoire dans les délais. On apprend que le pari est en passe d’être tenu. A cette allure, cette entreprise sera pour l’Afrique ce que d’autres sont pour le continent dans les airs et dans le secteur bancaire. Pas étonnant si dans quelques années, on découvre dans Le Petit Larousse que parmi les synonymes de route, on découvre « EBOMAF ».

Godson K. (LIBERTE)   
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire