L’ALLEMAGNE S'ENGAGE AU COTÉ DU TOGO POUR UNE MEILLEURE SANTÉ DE LA POPULATION


Dans le but d'améliorer la santé des Togo notamment dans la reproduction, le ministère de la santé et de la protection sociale, avec le soutien technique et financier de l'Allemagne à travers le GIZ, a initié le Projet de Renforcement du système sanitaire-Santé reproductive et droits sexuels au Togo (Pro-Santé). Ce projet a été officiellement lancé jeudi à Lomé par le professeur Moustapha Mijiyawa, ministre en charge de la santé.

Financé à hauteur de 6 millions d'euros par la coopération allemande par le biais de la GIZ Togo, Pro-Santé sera exécuté sur la période allant jusqu'en 2020, soit durant 3 ans. La phase pilote se déroulera dans la région de la Kara.

Le projet Pro-Santé en effet, a pour objectif d'améliorer la santé de la population togolaise en particulier de reproduction à travers trois principales composantes qui sont, la qualité des soins dispensés aux services sanitaires, le renforcement de la coopération entre les différents secteurs et la société civile avec le secteur de la santé, particulièrement dans le domaine de la santé reproductive et droits sexuels et le renforcement du système de santé dans sa globalité.

"L’amélioration de la qualité des soins dispensés aux services sanitaires permettra de mettre en place un système de gestion de qualité dans les unités de soins périphériques de la région de la Kara. Au niveau du renforcement de la société civile, il y a les champs d’action qui aident à améliorer l’accès géographique et financier pour pouvoir amener la population dans les centres de santé. Le renforcement du système de santé vise à améliorer le leadership gouvernemental togolais. Il contribue également à améliorer les capacités du ministère de la santé aux changements climatiques et à renforcer la gestion des ressources humaines en santé", a expliqué Lisa Diarra, Chef projet Pro-Santé.

Pour s'assurer des résultats attendus, l'équipe pilote du projet s'appuiera sur la satisfaction des populations bénéficiaires.

"Nous mesurons les résultats du projet à travers la réduction de la mortalité maternelle et infantile et l’augmentation du taux de prévalence contraceptive. La spécificité du projet Pro-Santé, c’est surtout cette approche  multi niveau, on intervient à la fois au niveau central pour améliorer les concepts et on intervient aussi au niveau périphérique pour application de ces concepts", a ajouté Lisa Diarra.

Ce projet, à en croire le Prof Moustapha Mijiyawa, le projet Pro-Santé s’inscrit parfaitement dans la droite de la politique sanitaire du chef de l’Etat, dont l'objectif est de réduire d’ici 2022 la mortalité maternelle de 401 à 250 décès pour 100 000 naissances vivantes, la mortalité néonatale de 27 à 17 pour 1000 naissances vivantes, la mortalité infanto-juvénile de 88 à 59 pour 1000 naissances vivantes et la natalité chez les adolescentes de 85 à 56 pour 1000. 

"Atteindre ces objectifs nécessite un système de santé résilient et performant, dispensateur de soins de qualité accessibles au plus grand nombre, et pivoté par la gestion orthodoxe. C’est, cette optique que vise le projet Pro-Santé axé sur le renforcement du système sanitaire, la santé reproductive et les droits sexuels au Togo", a-t-il déclaré.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire