LE CJD ET SES PARTENAIRES ORGANISENT LE « MOIS DE LA DIASPORA » EN SEPTEMBRE PROCHAIN AU TOGO


Participer au développement de son pays d’origine avec l’appui des partenaires en développement de leurs différents pays d’accueil. C’est le combat que mènent depuis quelques mois la DTD (Diaspora Togolaise pour le Développement) du CJD (Collectif des Jeunes pour le Développement) et des organisations partenaires  telles que l’ADF-Togo et Diaspora Force du Développement, qui se préparent à lancer le « Mois de la Diaspora » en septembre prochain sur l’ensemble du territoire togolais.

Les rencontres préparatoires du « Mois de la Diaspora », démarrées depuis le 31 mai 2018, ont déjà permis aux principaux acteurs de l’événement, notamment la Diaspora Togolaise pour le Développement (DTD), l’African Diaspora Forum (AFD-Togo) et Diaspora Force du Développement de définir de manière détaillée et structurée les principales activités prévues. 

Cette grande rencontre de la diaspora, selon le comité préparatoire traitera essentiellement des thèmes liés au processus de décentralisation, indispensable au développement du pays, et à l’immigration. Il va s’agir des rencontres B to B, des sensibilisations, des prospections de terrain, des visites touristiques, des ateliers de travail avec des groupes et leaders locaux.

Faire de la diaspora, un partenaire sûr en développement

De grands spécialistes en développement s’accordent aujourd’hui sur l’indispensable contribution de la diaspora africaine au développement de leurs différents pays. « Créer une diaspora forte sera très utile afin de développer des relations directes avec l’Afrique, sans l’intermédiaire des grandes puissances », a fait observer, Ali Mousse, cadre de l’Unesco. En septembre 2013 en Colombie, Kim Butler, professeur d’histoire à l’université américaine de Rutgers, au sommet  mondial des maires et dirigeants africains et de descendance africaine, disait : « Le défi pour la diaspora africaine, cette combinaison de communautés très anciennes qui sont sorties du continent comme esclaves et d’autres plus récemment, c’est de pouvoir aider au développement de l’Afrique ».

Désormais une diaspora positive
 Le CJD et ses partenaires s’inscrivant dans la même logique, ont réussi au cours d’une tournée aux États-Unis d’Amérique  à avoir  le soutien  de la diaspora Afro–américaine. Cette grande diaspora a promis son accompagnement technique et financier aux deux projets MSO (Maison du Savoir et des Opportunités) et la MDD (Maison de la Diaspora pour le Développement) du CJD. C’est des projets pilotes à travers lesquels la diaspora Afro-américaine voudrait investir en Afrique pour soutenir le développement du continent.  D’après les premiers responsables, cet appui va consister  à miser sur une formation professionnelle de qualité et l'entreprenariat.  Il aidera à former un réseau de 10 millions d'Africains et à les accompagner dans la réalisation de leurs projets d’affaires.  Le but est de lutter contre la pauvreté et le chômage, source des conflits issus de crises socioéconomiques qui souvent se transportent dangereusement sur le terrain politique.  

Cette nouvelle dynamique consiste à sensibiliser l’opinion  à mettre fin aux divisions politiques partisanes qui souvent sabotent les efforts en matière de développement socio-économique du pays. 

Des jumelages conclus pour une décentralisation réussie…

Le processus de décentralisation en cours au Togo, pour le CJD et ses partenaires, reste indispensable pour le développement socio-économique des communautés à la base. Ces organisations estiment que la décentralisation doit être comprise comme un processus de mobilisation des acteurs locaux pour la création, la distribution des richesses au travers de l’élaboration des projets de développement local. Et cela nécessite forcément, des partenariats techniques. Le CJD et ses partenaires conscients de cet état de chose, sont parvenus à conclure des partenariats de jumelage de 5 villes du Togo avec 5 autres des États-Unis, notamment Springfield Illinois, Dekalb, Aurora, Decatur et Washington Illinois. Ces jumelages permettront de créer ou de développer des relations de partage  d’expériences dans les domaines économique, de gouvernances locales, mais aussi culturelles.  Dans la formalisation de ces jumelages, une visite officielle de la délégation togolaise est prévue en début de septembre prochain au cours du « Mois de la Diaspora » auprès des maires des villes américaines précitées. 

Engagés pour la paix, le vivre ensemble et le développement socioéconomique du Togo, le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) et ses partenaires de la diaspora, du monde des affaires et des médias, inscrivent à l'agenda du "Mois de la Diaspora" un forum national sur les TICs, avec un accent particulier sur l’usage approprié des réseaux sociaux.

La Rédaction
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire