LE FMI RELÈVE UNE BAISSE DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES AU TOGO EN 2017


Le Fonds Monétaire International (FMI) a rendu public jeudi son rapport annuel sur les perspectives économiques en Afrique subsaharienne. Présenté à Lomé par l’Union Économique Monétaire Ouest Africain (UEMOA) et le ministère togolais de l’économie et des finances, le rapport  relève une légère accélération de la croissance dans 2/3 des pays et le Togo enregistre particulièrement une faible croissance depuis 2016, qu’il faudra améliorer.


Ce rapport rendu public, et intitulé, "une reprise timide", souligne une augmentation constante des revues dans la sous-région. Les perspectives à moyen terme indiquent, une croissance timide malgré la constante de rythme de croissance de certains pays.

Le Togo selon le rapport, a connu une croissance stable en 2016 mais les activités économiques ont connu une baisse au cours de l’année 2017. Ce qui fait place à des défis à relever, notamment rendre l’investissement économique togolaise plus compétitif.

« Ce rapport nous montre la voie à suivre pour faire face à des défis. En tant qu’acteur économique, cela exige de notre part l’adoption des stratégies audacieuses  et des réformes ardues à mettre en œuvre capable d’accélérer la croissance et la transformation structurelle de notre économie afin de saisir les nouvelles opportunités et promouvoir le développement durable », a souligné le ministre de la planification et du développement, Kossi Assimaidou.

S’agissant de la baisse des activités économiques au Togo en 2017, relevé par le rapport, elle est due à la crise politique caractérisée par des manifestions intempestives de rue.

En 2016, le  taux de croissance était  5,1% contre 4,4% en 2017.  Il   devrait atteindre  4,9%  cette année 2018  et   5,2 % en 2019,  indique le rapport.

Cette baisse de la croissance économique est aussi liée à une décélération suite au ralentissement des activités du secteur tertiaire. Une situation qui a amené le gouvernement le 25 mai dernier,  à revoir à la baisse le budget général  du pays dans l’ordre de 1%.

Et pour redresser la barre de la baisse, le gouvernement s’engage à poursuivre sans relâche et à approfondir l’assainissement des finances publiques et surtout la mise en œuvre des reformes afin de parvenir à une croissance encore plus inclusive et durable.

« Nous restons donc déterminés, malgré les défis, à poursuivre les efforts qu’il faut pour le redressement de l’économie togolaise », a indiqué Kossi Assimaidou (Photo).

Rappelons que pour renouer avec  la croissance, le FMI recommande entre autres au Togo, la promotion de l’investissement privé, l’amélioration des possibilités de réaliser  de bénéfices,  la poursuite des réformes macro et institutionnelle, l’amélioration du  cadre réglementaire et du régime d’insolvabilité, la libéralisation des échanges, le développement des marchés financiers etc.

Esaïe Edoh
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire