LE TOGO S’ACTIVE A AMÉLIORER SA NOTE EN MATIÈRE D’IMPLANTATION DU CLIMAT DES AFFAIRES


Une rencontre de haut niveau regroupant les institutions financières et les grands facturiers impliqués dans la mise en œuvre des nouvelles dispositions relatives à la loi sur le Bureau d’information s’est tenue mercredi à Lomé au nouveau Palais de la Présidence. Elle vise la sensibilisation et le  renforcement de capacités des institutions impactées par la modification de la loi uniforme relative à la règlementation des Bureaux d’Information sur le Crédit (BIC).

Au cours de cette rencontre, il était question de renforcer la base de données du BIC et d’améliorer la qualité des rapports de solvabilité du BIC, de rendre disponibles de nouveaux services à valeur ajoutée fondés sur les données alternatives, de permettre la consultation des apports de solvabilité enrichis par les utilisateurs traditionnels du BIC, de renforcer l’inclusion financière avec l’accès progressif au financement des populations abonnées au téléphone et non encore bancarisées et surtout de contribuer à l’atteinte des objectifs du Doing Business qui projette l’enregistrement sur la base de données, d’un nombre de clients correspondant à 5% de la population adulte du Togo au maximum.

Pour Sandra Johnson, la Coordinatrice de la Cellule Climat des Affaires (CCA), la rencontre intervient à une étape importante de la transformation structurelle de l’économie togolaise portée par le nouveau Plan national de Développement (PND) et surtout avec le lancement du Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA, encore appelé en anglais TIRSAL). Et, elle croit qu’elle contribuera à un meilleur accès au crédit au Togo.

« C’est dire combien cette rencontre tient à cœur aux plus hautes autorités du pays en vue de la délivrance rapide de résultat, celui de permettre aux entreprises et aux personnes physiques d’avoir accès au crédit et à un cout moindre » a-telle déclaré.

Selon elle, de cette rencontre le Togo améliorera son classement dans les rapports « Doing Business » par rapport à l’indicateur relatif à l’ « accès au crédit », puisque jusqu’ici, il est souvent classé à la 142e place sur 181 pays avec une note de 30 sur 100.

Et c’est d’ailleurs pour améliorer le système d’information sur le crédit, que le gouvernement togolais a adopté le 08 mai dernier un projet de loi modifiant l’article 53 de la loi uniforme n°2016-005 du 14 mars 2016 ainsi que le décret autorisant la mise en œuvre d’un traitement automatisé de données à caractère personnel pour l’intégration des grands facturiers à la plateforme électronique de partage d’informations sur le crédit.

« Au moment  où le gouvernement est décidé à accorder une place prépondérante au secteur privé, je vous invite à être les pionniers de cette réforme qui fera l’objet d’un suivi hebdomadaire conformément aux instructions reçues et pour laquelle nous sommes appelés à en faire un succès », a-t-elle souhaité.

De son coté, Badanam Patoki, le Secrétaire général du ministère de l’économie et des finances a invité les différents acteurs à collaborer étroitement avec la société CreditInfo Volo-Togo pour l’atteinte des objectifs fixés.

Au sortir de la rencontre, Adamou Sambaré, le Directeur général/ CEO Creditinfo Volo, reste convaincu que les acteurs impliqués  seront en mesure de contribuer à l’amélioration de la note du Togo en matière d’implantation du climat des affaires. 

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire