MORT DE LOUIS ANOUMOU : LE CACIT DOUTE DE L'ABOUTISSEMENT DE L’ENQUÊTE OUVERTE


Suite à la mort de Louis Anoumou à Tokpli dans le cadre de l'opération Entonnoir, le vendredi 8 juin dernier, le ministre de la sécurité et de la protection civile a ouvert une enquête pour faire la lumière et situer les responsabilités. Le Collectif des Associations Contre l'Impunité (CACIT), vu les nombreuses enquêtes en jachères, réclame l'aboutissement de celle-ci.

Dans un communiqué rendu public lundi, le CACIT s'est indigné du déroulement de cette opération qui a coûté malheureusement la vie à Louis Anoumou et occasionné des blessés graves.

S'agissant de l'enquête ouverte par le ministère de la sécurité et de la protection civile le 10 juin pour situer les responsabilités, le CACIT doute déjà de son aboutissement. Et pour cause, il garde en mémoire les nombreuses enquêtes ouvertes et qui n'ont jamais connu de conclusions.

"Le CACIT rappelle que ce n’est pas la première fois qu’une enquête est annoncée par le ministère de la sécurité et de la protection civile dans des cas similaires, sans que les populations ne soient situées des suites de ces enquête" , indique le communiqué qui fait allusion à des cas récents, entre autres, l’incident survenu le samedi 1er novembre 2014 : des affrontements avaient opposé les jeunes et les forces de l’ordre lors d’une descente à Messan Condji et à Aného dans le cadre de « l’opération Entonnoir », et ont occasionné un mort et cinq blessés. 

Les enquêtes ouvertes dans ces différentes affaires, n'ont jamais connu de suite, ce qui rend le CACIT dubitatif.

"Au regard de ces constatations, le CACIT craint une fois encore, que l’impunité ne prévale au détriment des victimes des violations des droits de l’Homme", poursuit le communiqué.

Le CACIT très préoccupé du respect au  droit à la vie comme le garanti également la Constitution togolaise du 14 octobre 1992 en son article 13 et la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples en son article 4, interpelle à tout mettre en œuvre pour l'aboutissement de cette enquête.
"Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) demande que l’enquête soit diligentée de manière impartiale et sans délais afin que les présumés auteurs soient punis conformément à la loi. Il appelle, par ailleurs, le gouvernement à renforcer ses actions en faveur du respect du droit à la vie, à l’intégrité physique et à la sécurité des citoyens dans toutes leurs opérations", conclut le communiqué.
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire