7 OSC INTERPELLENT LES CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO À S’INVESTIR DAVANTAGE DANS LA RÉSOLUTION DE LA CRISE AU TOGO


Le Groupe des 7 Organisations de la Société Civile (G7), continue de suivre de près l'évolution de la crise sociologique  au Togo. Après avoir pris connaissance du communiqué final du 4èm round des discussions entre les protagonistes sous la conduite des facilitateurs, il lance un appel pressant aux chefs d'État de la CEDEAO à s'investir davantage dans la résolution de cette crise qui secoue le Togo bientôt un an.

Ces 7 OSC, à savoir: WANEP-TOGO, CNSC-TOGO, ACAT TOGO, 
CACIT, REPSFECO-TOGO, CEJP-TOGO, SADD, à travers un communiqué conjoint,  remarquent un certain nombre de manquement dans les recommandations des facilitateurs, Nana Akufo Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée.

"Au regard dudit communiqué, le G7 constate que: il y a contradiction sur le point de la suspension et de la tenue des élections avant novembre, ce qui entraine chaque partie prenante au dialogue à une interprétation différente ; la liste des points inscrits à l’ordre du jour du dialogue n’est pas encore épuisée, telles les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ; la poursuite du dialogue ou non n’a pas été précisée entrainant un flou dans les esprits des togolais", relève le communiqué.

Au regard de ces manquements alarmants "le G7 appelle les Chefs d’État de la CEDEAO à mesurer l’ampleur de la situation qui prévaut dans le pays, afin de formuler des recommandations qui permettront la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles, puis l’organisation d’élections transparentes, crédibles et acceptées par tous". 

En attendant les recommandations des chefs d'États de la CEDEAO, le G7 invite les parties prenantes au dialogue à demeurer dans la logique de recherche de consensus  afin de "parvenir à un accord historique dans l’intérêt du Peuple togolais, conformément à la Recommandation N°6 de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR)".

Le G7, en conclusion de son communiqué, invite tous les religieux sur l'ensemble du territoire à porter le peuple togolais et toute la classe politique dans leurs prières en respect à la première phrase du préambule de la Constitution qui stipule : « Nous, Peuple Togolais, nous plaçant sous la protection de Dieu… ».

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire