CES PROPOSITIONS DE SORTIE DE CRISE QUI ONT FAILLI LA MORT A TAAMA A BRUXELLES


Agressé physiquement à Bruxelles au cours d'une tournée européenne, le président du Nouvel Engagement Togolais (NET), Gerry Taama  était devant la presse lundi pour relater les faits. Contrairement à ce que l'on croyait, cette agression n'est nullement un montage commandité par l'ancien militaire pour se faire la popularité.

Il était en une rencontre d'échanges avec une frange de la diaspora togolaise en Belgique quand il a fait l'objet des jets d'œufs et de chaises. Cette attitude de ses interlocuteurs serait justifiée, à en croire la victime, pour ses propos  mal appréciés.

En effet, le président du NET faisait des propositions pour la sortie de crise au Togo. Il estimait que le Togo dispose principalement deux solutions pour une sortie de crise. La première, l'insurrection populaire ce qui semble incompatible à la réalité togolaise au vu des nombreuses manifestations qui n'ont pas pu faire trembler le pouvoir en place. La seconde solution constitue la voie des urnes. 

Pour la diaspora togolaise en Belgique, ces propositions sentent la trahison, surtout que son auteur est vu depuis un moment comme un "traite". Or, l'intention de Gerry Taama était simplement de situer la diaspora sur ses propositions.

" La rencontre de Bruxelles censée permettre au président du NET de situer l'assistance sur les propositions de sortie de crise se sont vite muées en une agression de l'orateur d'abord par des jets d'œufs, ensuite de chaises et par une tentative d'agression physique rapidement maîtrisée par une partie de l'auditoire ", rapporte le communiqué du parti.

D'après Taama, ses agresseurs estiment qu'il est en mission commandée par le régime en place pour déstabiliser la diaspora qui serait acquise à la cause de l'opposition. Il relate également que ses agresseurs l'accusent de détenir des forces mystiques pour les affaiblir.  Ces  raisons évoquées lui ont donc valu des jets d'œufs et de chaises.

A la question de savoir si l’agression n'est pas un scénario monté par la victime même ? Gerry Taama (Photo) répond "NON" et précise : "s'il faut monter une scène pour me rendre populaire, je pense que c'est inutile. Je préfère le faire au Togo que dans un autre pays où mes frères résidants malheureusement n'ont pas encore le droit de vote".

Gerry Taama précise d'ailleurs qu'il demeure opposant et non une aille marchande du pouvoir. 

Suite à cette agression, le leader de NET a reçu le soutien moral de certains collègues de l'opposition qu'il n'a pas manqué de remercier. Et condamné ceux qui se sont moqués de lui.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire