CLASH BRIGITTE ADJAMAGBO- CJD : « SI CERTAINS TOGOLAIS PEUVENT CHOISIR MANIFESTER, D’AUTRES PEUVENT CHOISIR AUSSI RENONCER A LEUR LIBERTÉ DE MANIFESTATION »


Le Collectif des Jeunes pour le Développement  a jugé scandaleux ce jeudi  les propos de Brigitte Adjamagbo-Johnson le colorant d’Association proche du Pouvoir. Invitée sur une radio privée de la Capitale,  la Coordinatrice de la Coalition a qualifié l’Association de regroupement de jeunes manipulés par UNIR, le Parti au Pouvoir. La Coordination CJD s’étonne de cette réaction de la part d’un Leader politique. 

En début de semaine, la Coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques d’opposition a annoncé au nom de son regroupement politique d’intenses manifestations pour les jours à venir. Ce que le Collectif des Jeunes pour le Développement, membre des Organisations de la Société Civile pour une diplomatie non gouvernementale, trouve inapproprié par rapport au climat des affaires dans le  pays. 

Dans une lettre adressée au Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des Collectivités Locales, les Responsables de l’Association ont demandé au Gouvernement de prendre ses responsabilités par rapport à la tenue des prochaines manifestations annoncées par la C14. Ils ont également appelé les acteurs politiques à trouver une issue favorable   à cette crise qui secoue le Togo depuis un moment afin que cela n’entame plus la vie économique du pays comme c’en a été le cas les mois passés. Les facilitateurs ont été également interpelés sur le sujet.  Le CJD estime que les dernières manifestations politiques ont fait fuir certains investisseurs qui ont préféré les pays voisins et provoqué une baisse des recettes fiscales de 40%.  « Toute marche risque de provoquer une colère insoupçonnée de la population contre les éventuels organisateurs qui ne se soucient guère de nos difficultés quotidiennes », martèle le courrier.  La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo elle autre a indiqué que des dizaines d’entreprises touchées par les soubresauts politiques ont vu leurs chiffres d’affaire baisser de 25 à 50%. 

Réagissant à ces propos, Brigitte Adjamagbo déclare : « C’est des jeunes qui ne savent pas ce qu’ils font, qui sont manipulés par le régime ». La Coordinatrice vient de franchir le Rubicon. Le CJD juge ces propos très irresponsables. «  Nous ne comprenons pas cette Coalition. Donc le fait de défendre son pays ou de chercher à protéger l’économie de son pays signifie-t-il être manipulé ?  Tout le monde doit-il s’aligner sur leur position ? Quel sens donne-t-il à la démocratie qu’ils prétendent construire dans ce pays ? » S’interrogent les Responsables de l’Association qui ajoutent : « Brigitte Adjamagbo doit savoir que le Togo appartient à tous les Togolais et non à eux seuls. Eux, ils ont choisi de porter un coup à l’économie de notre pays. Ils n’aiment pas ce pays. Nous, nous l’aimons et nous ferons tout pour protéger ses intérêts. Si eux, Leaders de la C14 manipulent des organisations de la Société civile qui les soutiennent, Adjamagbo-Johnson doit savoir que nous, nous ne dépendons d’aucun courant politique. Notre crédo, c’est la paix et le développement du Togo ».

La Coordination CJD déplore aussi le fait que la Secrétaire Générale de la CDPA puisse scander sans gêne que des jeunes créent des Associations en désordre alors que c’est un droit constitutionnel. «  La Coordinatrice se montre bien égoïste. Oublie-t-elle que le droit de créer une Association est un droit constitutionnel ? ou croit-elle que le seul droit constitutionnel est-il le droit de manifester ? Elle ne pense qu’à ses intérêts et non à l’intérêt de tous les Togolais. Si les Togolais ont le droit de manifester, doit-elle savoir que d’autres Togolais peuvent renoncer aussi à leur liberté de manifester. Si les Togolais ont le droit de manifester, les Togolais ont également le droit de créer autant d’Associations qu’ils veulent ».
  
Les Responsables du CJD exigent de la part de la Coordinatrice de la C14 des excuses publiques car ce sont des propos qui portent atteinte à l’intégrité du CJD. « Nous exigeons des excuses publiques de la part de Brigitte Adjamagbo-Johnson. Ce sont des propos qui portent atteinte à l’intégrité morale de notre structure. Ce sont des propos qui nous offensent ».

Il faut souligner le Collectif des Jeunes pour le Développement, membre des Organisations de la Société Civile pour une Diplomatie non gouvernementale est une Association créée en 2007 selon la loi de 1901. Une Association à but non lucratif. 

La rédaction
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire