INTERDIT DE MANIFESTER AU TOGO A PARTIR DU 23 JUILLET AU 1e AOUT PROCHAINS


Le Togo s’apprête dans les tous prochains jours, bien qu’il soit en crise politique à accueillir d’importantes rencontres internationales à savoir la réunion du Comité des Ministres de l'ASECNA, la session ministérielle de la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le sommet conjoint des Chefs d'Etat de la CEDEAO et de la Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale (CEEAC) ainsi que la rencontre des Chefs d’État de la CEDEAO. Et pour éviter que des manifestations politiques perturbent le bon déroulement desdites rencontres, le Gal Yark Damehame, ministre de la sécurité et de la protection civile a dans un communiqué vendredi, interdit toutes manifestations de rue au Togo durant la période du 23 juillet au 1er août prochains.

Selon le Gal Yark Damehame, la prise d’une telle décision par le gouvernement se justifie par les différentes rencontres internationales en vue dans le pays.

Cette nouvelle interdiction des manifestations intervient alors que la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a renoué avec les manifestations par une série de meetings et d'activités politiques  entamées depuis le 18 et ce jusqu’au 29 juillet sur l’ensemble du territoire national.

Si la décision du ministre se fonde sur le bon déroulement des grandes rencontres internationales que le Togo abrite à partir du lundi 23 juillet, il est à noter qu’elle viole l’une des recommandations des facilitateurs de la crise togolaise voire le droit de manifester reconnu par la constitution togolaise.

Aux sortir des discussions du 4è round du dialogue inter-togolais, les présidents Nana Akufo-Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée ont recommandé au gouvernement de respecter le droit constitutionnel des manifestations publiques sur toute l'étendue du territoire national.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire