LA CEDEAO ET LA CEEAC ENGAGÉES CONTRE LE TERRORISME


Lomé, la capitale du Togo a accueilli lundi, le 1e  sommet conjoint des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC). Ce sommet porté sur la Paix, la Stabilité, la Sécurité, et la Lutte contre le Terrorisme et l’Extrémisme Violent vise une synergie d’actions des deux espaces pour lutter contre le terrorisme et de garantir la paix aux populations des deux régions. Le Sommet de Lomé a été sanctionné par une déclaration dite « Déclaration de Lomé ».

La rencontre de Lomé a connu la participation de 26 délégations des pays de la CEDEAO et de la CEEAC a été sanctionnée par la « Déclaration de Lomé sur la Paix, la Sécurité, la Stabilité et la Lutte contre le Terrorisme et l’Extrémisme Violent dans les espaces CEDEAO et de la CEEAC ».

Dans cette déclaration, le sommet recommande au président de la Commission de la CEDEAO et le secrétaire général de la CEEAC à initier dans les meilleurs délais, les négociations entre les États des régions en vue de conclure et de mettre en œuvre des procédures d’entraide et de coopération judiciaire.

Pour une lutte efficace contre le terrorisme, il est demandé aux États de valoriser leurs politiques publiques et leurs programmes pour répondre aux besoins des populations. 

De même, les Chefs d’États ont réaffirmé leur volonté de renforcer mutuellement les capacités de leurs forces de défense et de sécurité dans le domaine de la formation du personnel, des exercices conjoints, du renseignement et du respect des règles des droits de l’Homme et du droit international humanitaire.

Conscients des effets néfastes de la crise libyenne sur la CEDEAO et la CEEAC, le sommet de Lomé en  appelle à sa résolution rapide.

Aussi, a-t-il encouragé les États surtout les services de sécurité habiletés aux échanges d’informations et de renseignements pertinents pour  la stabilité et la paix dans les deux régions.

Vu l’importance de ces décisions, le sommet de Lomé décide de la mise en place d’un comité ministériel de suivi de leurs mises en œuvre.

Par ailleurs, les chefs d’État et de gouvernement  de la CEDEAO et de la CEEAC ont décidé d’institutionnaliser le sommet conjoint en le tenant tous les deux ans et N’Djamena, la capitale du Tchad a été choisie pour le rendez-vous de 2020.

Rappelons que les travaux de ce 1e  sommet conjoint des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont été présidés par le Chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé en sa qualité de président en exercice de la CEDEAO et de son homologue gabonais, Ali Bongo, président en exercice de la CEEAC.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire