LES NATIFS DU GRAND LOMÉ SE RÉUNISSENT EN AOUT POUR DÉVELOPPER LEUR CITÉ

Les fils et filles  de Bè, Aflao, et d'Agoè-Nyivé se retrouvent du 9 au 19 août prochain pour la seconde édition de leur fête traditionnelle Dunenyo Za. L'information a été donnée ce samedi par le conseil fédéral au cours d'une conférence de presse.

C'est le terrain du lycée moderne d'Adidogomé qui est choisi pour abriter cette deuxième édition de la fête traditionnelle Dunenyo Za. Elle se déroulera autour du thème "Communauté du Grand Lomé, restons solidaires pour le développement intégral de la cité".

Cette fête qui connaîtra sa deuxième édition dans quelques jours,  vise à permettre aux fils et filles originaires de la ville de Lomé de se réapproprier leurs cultures et traditions et créer un cadre de retrouvaille et de réflexion pour les fils et filles ayant les mêmes réalités socioculturelles en vue de relever les défis qui sont les leurs en matière culturelle, sociale et économique.

"C'est après plusieurs rencontres de réflexion que nous avons décidé d'initier cette fête pour réunir les trois communautés du grand Lomé. L'idée c'est de renforcer l'union, la solidarité et la fraternité qui existaient entre ces communautés mais qui y'a plus", a expliqué Émile Dadzie, président du conseil fédéral.

Au menu de cette fête qui va durer une dizaine de jours, une foire d'exposition et de vente pour permettre aux entrepreneurs de la communauté du Grand Lomé de communiqué sur leurs activités et une opération de mise en terre de plat.

En termes d'innovation pour le compte de cette seconde édition, il est prévu une manifestation de chants et danse venant des groupes folkloriques des trois communautés. Elle a lieu le jour apothéose.

Pour marquer l'événement, le bureau fédéral envisage la construction des ouvrages sanitaires qui seront mise à la disposition des élèves du lycée moderne d'Adidogomé.

A cette édition, est également présente la communauté Aflao du Ghana.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire