L'ULTIME ALERTE DE FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT A LA CEDEAO


A quelques heures de la publication de la feuille de route des chefs d'État de la CEDEAO pour sortir le Togo de l'impasse politique, le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) maintient la pression. Réunis lundi à Lomé, les membres et sympathisants de ce mouvement ont lancé un ultime message à la CEDEAO pour une feuille de route à la hauteur des aspirations du peuple.

Ce mouvement dirigé par le professeur David Dosseh ne décolère pas et maintient la pression sur les chefs d'État de la CEDEAO. Dans sa déclaration, elle réclame à l'organisation sous régionale une feuille de route à la hauteur de l'attente du peuple.

"Il est nécessaire pour la CEDEAO de s’imposer par rapport à sa vision 2020 qui est de passer d’une CEDEAO des Etats à une CEDEAO des peuples, en formulant des recommandations claires et sans complaisance qui répondent aux aspirations profondes et légitimes des populations togolaises. Sa crédibilité en dépend" souligne la déclaration du FCTD.

Pour le mouvement,  "la CEDEAO doit veiller à l’effectivité de sa feuille de route dont elle est garante, puisque le mal togolais se nourrit également de l’absence de mise en œuvre des accords".

Le mouvement Togo Debout demande à cet effet à la CEDEAO de se baser sur les idéaux de la communauté pour prendre sa décision. 

Il indique jusqu'à ce jour le Togo est le seul pays de la sous-région ouest-africaine à avoir payé un lourd tribut pour l’aspiration à un régime démocratique : "plus de cinq cent (500) morts en 2005, sans compter ceux des périodes sombres qui ont précédé 2005 ou/et l’ont suivi". 

L'autre aspect fondamental qui doit attirer l'attention de la CEDEAO dans sa prise de décision est le manque d'alternance au Togo depuis plus de 50 ans, un record dans la sous-région.

Vu la situation togolaise, le mouvement exige une transition suivie des réformes et les élections en dernière position.

"En tout état de cause, il est inadmissible de faire des réformes et continuer avec les pratiques anciennes qui ont été à l’origine de ces réformes. Un changement radical s’impose et il passe nécessairement par une période de transition, seul moyen d’éviter le statu quo au Togo ; et le peuple, seul détenteur de la souveraineté nationale, y veille.
TRANSITION – REFORMES – ÉLECTIONS, voilà l’aspiration profonde du peuple togolais" conclu la déclaration.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire