NATHANIEL OLYMPIO MOBILISE LA JEUNESSE DE LA SOUS RÉGION POUR UNE FEUILLE DE ROUTE DE LA CEDEAO RÉPONDANT A L’ASPIRATION DES TOGOLAIS


Nathaniel Olympio, président par intérim du Parti des Togolais invite toutes les forces vives de l'espace CEDEAO notamment la jeunesse à jouer leur partition dans la résolution de la crise togolaise. Dans une lettre ouverte adressée à celles-ci, il les appelle à œuvrer auprès de leurs plus hautes autorités, afin que leur décision du 31 juillet 2018 pose les jalons d’une CEDEAO des peuples.

Après avoir exposé la situation socio-politique alarmante du Togo à ses destinataires, le numéro 1 du Parti des Togolais, n'a pas caché son désir ardent de voir son pays vivre la démocratie comme les autres de la sous-région.

"Le 21 décembre 2001 à Dakar, nos pays ont signé le Protocole Additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance. Ce protocole affirme que la paix dans un pays ne peut être pérenne qu’avec une stabilité politique affirmée. Par conséquent, il préconise que personne ne puisse exercer plus de deux mandats présidentiels dans l’espace CEDEAO. Tous les pays de la communauté ont ratifié ce protocole ouvrant la voie à une alternance pacifique par les urnes au sommet de l’État. Je suis en admiration de cet aboutissement dans vos pays respectifs et je vous en félicite. Dix-sept années après, le régime togolais rejette toujours obstinément ce protocole. 

Nous, Togolais, sommes le seul peuple de la CEDEAO à subir encore une gouvernance non légitime si caractéristique des dictatures", a-t-il écrit. 

A quelques jours de la sortie de feuille de route de la CEDEAO, Nathaniel Olympio (Photo), s'inquiète déjà du contenu et reste vigilant.

"Les chefs d’Etat de la CEDEAO s’apprêtent à proposer une solution de sortie de crise lors du sommet qu’ils tiendront à Lomé le 31 Juillet 2018. Mais la vigilance s’impose car la feuille de route attendue de ce sommet doit absolument tenir compte des aspirations profondes du peuple togolais", précise-t-il.

Pour lui, cette solution "ne peut aucunement ouvrir la voie au chef de l’État togolais de prétendre postuler à un quatrième mandat présidentiel, alors qu’il en exerce déjà un troisième en violation de la règle communautaire le contraire serait incompréhensible, injuste et surtout de nature à aggraver davantage la crise, avec des conséquences sécuritaires pour le Togo et leurs débordements certains dans la sous-région".

Pour éviter le pire qu'il craint, Nathaniel Olympio sollicite la complicité des jeunes de l'espace CEDEAO.

"Jeunesse et forces vives de la CEDEAO, notre communauté de destin nous impose le devoir d’assistance à peuple en lutte.

Bien entendu, les Togolais comptent avant tout sur eux-mêmes pour conquérir leur liberté et la démocratie.  Néanmoins, j’appelle à la solidarité entre nos peuples. Je vous appelle à œuvrer auprès de vos plus hautes autorités, afin que la décision des chefs d’États, le 31 Juillet 2018, pose les jalons d’une CEDEAO des peuples", écrit-il.

Selon lui, la CEDEAO doit jouer sa partition pour que le Togo retrouve le chemin de l’alternance au sommet de l’État.

"Les Togolais aspirent à un espace de liberté. Les Togolais aspirent à un espace de démocratie. Les Togolais aspirent à l’alternance au sommet de leur État", conclut-il.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire