SESSION DE LOMÉ : L’UEMOA PRÉOCCUPÉE PAR LA SITUATION POLITIQUE DANS CERTAINS PAYS DE L’ESPACE


Les 8 pays membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) ont tenu lundi à Lomé,  la 20e  session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union. Les travaux de cette session ont été ouverts par Alassane Ouattara, le président ivoirien et président en exercice de l’UEMOA et ont permis de passer en revue les situations sécuritaire, politique et économique de la zone.

En plus de la revue les situations sécuritaire, politique et économique de la zone, la 20e session s’est aussi penchée sur les questions de l’intégration et de mise en application des critères de convergence au sein de l’espace.

Dans son discours d’ouverture, Alassane Ouattara, le  président en exercice de l’UEMOA, a lancé un appel à ses pairs à tout mettre en œuvre pour que l’espace soit en mesure de faire face aux défi sécurités auxquels sont confronté certains pays de la zone.

Pour ce faire, Il a souhaité la mise en œuvre du Plan d’action pour la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA adoptée en 2016 et surtout la mutualisation des efforts pour une riposte collective de  l’insécurité au sein de l’UEMOA.

Si les situations sociopolitique et sécuritaire de certains pays de l’espace UEMOA sont préoccupantes, le président ivoirien a cependant salué les avancées significatives dans les domaines de l’intégration régionale et économique de l’Union qu’il faut consolider pour améliorer le bien-être des populations.

Selon Abdallah Boureima, le président de la Commission de l’UEMOA, la situation économique de l’espace est encourageante avec un taux de croissance confortable proche de 7% en 2017. Et pour des perspectives aussi bonnes en 2018, il annonce la prise de certaines dispositions.

« Les Chefs d’État ont également fait une revue des projets et programmes communautaires. Des performances ont été réalisées au niveau des trois domaines à savoir la gouvernance économique, le marché commun et les politiques sectorielles. Ils ont analysés la situation de la convergence économique au niveau de l’UEMOA. Des progrès importants ont été réalisés par les pays en 2017 et il y a de bonnes perspectives pour que l’horizon 2019 fixé puisse être respecté. La situation au niveau du marché commun y compris la libre circulation des personnes et des biens a été examinée. Pour le moment, il y a quelques problèmes mais des dispositions sont prises pour qu’en 2018 il y ait des avancées », a-t-il déclaré.

Pour mémoire, les pays de l’UEMAO (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) ont en commun le franc CFA.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire