UNE ENVELOPPE 5 MILLIONS DE FCFA DE L’OOAS AU CHR DE KARA


9 juillet 1987- 9 juillet 2018,  il y a  31 ans que les chefs d’État et de gouvernement  de la CEDEAO adoptaient le protocole portant création de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), comme unique institution spécialisée en santé dans la sous-région. Pour marquer l'événement, l'institution s'est délocalisée à Kara où elle a fait don d'une enveloppe de 5 millions FCFA au CHR de la localité.

Les festivités  de cet anniversaire  ont été  marquées le lundi 9 juillet à Kara dans l’enceinte du Centre hospitalier régional de la ville par une cérémonie officielle présidée par  le ministre de la santé et de la protection sociale,  Professeur Moustafa Mijiyawa  en présence du directeur général de l’organisation,  Professeur Stanley Okolo.   

En effet, les chefs d’État et de gouvernement des 15 pays de la CEDEAO ont créé l'OOAS dans le but d'assurer " aux populations de la région, le niveau le plus élevé possible de protection en matière de santé à travers l'harmonisation des politiques des États membres, la mise en commun des ressources et la coopération entre eux ainsi qu’avec les tiers, en vue d’une lutte collective et stratégique contre les problèmes de santé de la sous-région ".

Durant les trente-et-un  ans d’existence, des efforts considérables ont été faits dans  plusieurs  domaines  notamment la gouvernance en santé, du partenariat stratégique et de l’harmonisation des politiques, de la lutte contre les épidémies et les autres maladies, de la santé maternelle et néonatale, de l’enfant, des adolescents et jeunes et des personnes âgées, du renforcement des systèmes de santé, le développement de la recherche, de la médecine traditionnelle, des ressources humaines en santé, de la promotion des bonnes pratiques, des médicaments et vaccin, de l’information sanitaire etc…, mais le chemin reste encore long.  

Dans son intervention lors de la cérémonie  commémorative, le directeur général  de l’organisation, Professeur Stanley Okolo  est revenu sur le bilan des activités de l’OOAS depuis sa création. Il a  entre autres fait part de  la création du Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies de la CEDEAO, dont le siège se trouve à Abuja au Nigeria, de la formation et le perfectionnement de plus de 1000 personnels de santé dans le cadre du renforcement des capacités,  de l’harmonisation des politiques pharmaceutiques à travers l’ensemble de la région, de l’amélioration de la sécurité de la chaîne d'approvisionnement en médicaments et vaccins.

"Ce sont là, de très grandes réalisations mais il nous faut faire davantage", a-t-il souligné.

En terme de perspectives, l’OOAS,  entend "veiller à ce que  ses  actions et interventions aient un impact visible sur les populations, en particulier dans les domaines thématiques tels que la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent, la prévention et le contrôle des maladies transmissibles et non-transmissibles, l’accès aux médicaments et aux vaccins de très bonne qualité, la promotion des normes de qualité et des centres d'excellence, et la disponibilité d'informations régionales spécifiques sur la santé", a-t-il poursuivi.

Le ministre de la santé, Moustafa Mijiyawa, pour sa part a relevé que malgré les efforts consentis par les différents états de l’espace CEDEAO,  la sous-région ouest-africaine fait face à de grands défis liés à la santé tels que la faiblesse des systèmes de santé, aux forts taux de mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile, à l’insuffisance de partenariats stratégiques, à la coordination, aux conséquences néfastes des maladies transmissibles et non transmissibles, à la faiblesse de la préparation et de la réponse aux situations d'urgence et aux épidémies.

"La survenue de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans notre région ouest africaine a montré la faiblesse de nos systèmes de santé. La faiblesse de nos systèmes de santé est entretenue par une mauvaise gestion de nos formations sanitaires entrainant un écart entre les prestations et les ressources injectées par l’Etat et ses partenaires", a-t-il déclaré.

La  contractualisation effective au CHR-Kara depuis quelques semaines, a été salué par l'OOAS qui à cet effet, offert à la structure une enveloppe de 5 millions FCFA au CHU Kara et promis "soutenir davantage le centre les jours  à venir".

La rédaction
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire