AFFAIRE DE DÉDOUANEMENT ET D’IMMATRICULATION : VICTOR AZIANOUKOU SE DÉDOUANE ET CHARGE LA DOUANE TOGOLAISE


Accusé d’avoir dribblé un certain Prosper  Guidigan-Zinsou dans le dédouanement et  l’immatriculation d’un véhicule, Victor Azianoukou réagit et dément l’information. En conférence de presse mardi à Lomé, le transitaire soutenu par ses collègues estime que la victime s’est sabordée pour avoir fait trainer  les dossiers de son véhicule  chez les douaniers pendant plus d’un an.

Victor Azianoukou est accusé par Prosper Guidigan-Zinsou de le tourner en bourrique depuis deux ans dans l’immatriculation de sa voiture Mercedes.  Une accusation qui s’apparente à une campagne de dénigrement selon le transitaire.
Réagissant mardi sur le sujet, Victor Azianoukou (Photo) révèle que   la non immatriculation dans le délai de la Mercedes de son client après son dédouanement est liée au fait qu’on a perdu les traces des dossiers de dédouanement de son véhicule du côté des douanes.

Pour lui, ce fait souvent récurent n’est pas de la faute du transitaire. Or si les documents de dédouanement ne sont pas transférés à la Direction des Transports Routiers et Ferroviaires (DTRF), il serait difficile d’obtenir la plaque minéralogique du véhicule. Et c’est ce qui aurait bloqué l’immatriculation du véhicule de Guidigan-Zinsou.

« Je ne vois en quoi, j’ai fait du faux dans ce dossier. C’est M. Guidigan-Zinsou, lui-même qui a payé à la banque l’argent de l’opération de dédouanement. L’immatriculation a été bloquée tout simplement parce qu’on a perdu les traces du dossier au niveau des douanes », a-t-il déclaré.

De leur côté, les  transitaires non déclarés trouvent que le sieur  Guidigan-Zinsou diffame leur collègue qui a fait normalement son travail.

« Quand le dossier de la douane fait un an, il ne faut pas s’attendre à le retrouver. Il est le seul fautif de ce qui lui est arrivé parce qu’il est parti et ça fait plus d’un an. Et même il y a des pénalités à payer  quand les dossiers trainent à la douane. Alors qu’il ne vient pas accuser gratuitement notre collègue », a martelé Mathias Adékpoé, porte-parole du collectif des transitaires non agréés.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

1 commentaires:

  1. Faut pas que nos frères viennent aux média pour dire n'importe quoi à propos des transitaire,

    RépondreSupprimer