L'ANC DÉNONCE LA CONDUITE SOLITAIRE DU PROCESSUS ÉLECTORAL ET EXHORTE KADANGA ET SON ÉQUIPE A TOUT SURSEOIR


Plus rien n’arrête la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) que préside Kodjona Kadanga dans sa démarche d’organiser les élections législatives le 20 décembre prochain, tel que recommandée par la CEDEAO. Déjà, elle annonce le début du recensement électoral à partir du 1er octobre prochain pour la Zone 1 qui concerne le sud du pays et le 17 octobre pour la Zone 2 qui comprend les régions du Nord du pays. A l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), on dénonce la conduite solitaire du processus électoral et exhorte Kadanga et son équipe à surseoir à tout jusqu’à la venue des facilitateurs prévue le 27 août à Lomé.

A la 53ème Session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO tenue le 31 juillet dernier à Lomé, il est recommandé entre autres pour une sortie de crise au Togo, le renforcement de la CENI avec une participation effective de l’ensemble de sa composante. 

Et en se basant sur ce point de la feuille de route de la CEDEAO, Me Isabelle Améganvi (Photo), la 2ème vice-présidente de l’ANC, parti membre de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition s’attend à une recomposition de la CENI en vue de l’organisation transparente et consensuelle des législatives à partir d’un recensement électoral national biométrique intégral. Du coup, elle qualifie d’inopportune ce qu’entreprend l’actuelle CENI.

« Cette recomposition qui interviendra incessamment dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route adoptée par la 53ème session ordinaire de la conférence des chefs d’État, vous disqualifie et rend nulles et non avenues les initiatives prises», écrit-elle dans un courrier adressé au président de la CENI.

Pour Me Améganvi, l’acharnement de l’actuelle CENI a organisé les élections sans les autres membres de l’institution démontre la volonté du pouvoir de remettre en place « le dispositif habituel de fraude et de coup de force électoral du RPT/UNIR ».

Par ailleurs, elle qualifie les initiatives de la CENI en vue des législatives le 20 décembre prochain, d’ « intempestives » et « provocatrices » et invite Kadanga à sursoir à toutes ces initiatives « unilatérales » et « non-consensuelles » jusqu’à la recomposition effective de la CENI « inclusive » et « crédible ».

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire