OUTILLER DES PROFESSIONNELS DES MÉDIAS POUR NE PAS EMBRASER...


L’Église catholique du Togo explore une autre piste pour une stabilité sociale et politique au Togo. Après plusieurs exhortations à l'intention des gouvernants, mieux des acteurs politiques à œuvrer pour sortir le pays de l'impasse, l’Église se tourne vers les hommes de média. A travers le Conseil Épiscopal National Catholique pour les Communications Sociales (CENCCS), elle a ouvert mardi à Lomé une session de formation sur les médias au service du dialogue, de la réconciliation et de la paix.

La formation est ouverte à l'intention d'une soixantaine de journalistes des médias confessionnels d'autre part et des journalistes militants dans diverses associations catholiques, des médias d’État et des organisations de la société civile d'autre part.

L'objectif de cette formation selon le Révérend Père Emmanuel Mawussi, secrétaire général du CENCCS est de se conformer au rôle coutumier de l’Église. Celui d'accompagner la société  à trouver des solutions aux maux qui la minent.

"L’Église catholique du Togo veut à travers cette occasion, marquer ce temps fort de notre pays qui vit un processus de dialogue et de réconciliation pour la stabilité" a indiqué le secrétaire général du CENCCS qui ajoute "Dans  des situations comme celle que le Togo est en train de traverser ces derniers temps, les professionnels des  medias doivent être outillés sur des mots convenables à utiliser pour ne pas embraser...".
 
La formation est prévue pour deux jours et entend plancher sur le dialogue dans la gestion d'une crise politique: "Cas du Togo;  la  réconciliation dans les sociétés et contemporaines; la promotion de la culture de la paix : la part des professionnels des médias; le rôle des médias dans un processus de dialogue et de réconciliation et l'utilisation des techniques traditionnelles et contemporaines de production de contenus médiatiques en faveur d'un journaliste de paix"

Les différentes communications sont faites par d'imminents professeurs d'université et des défenseurs des droits de l'homme. 

Il s'agit entre autres  de Kouméalo Anaté, directrice de l'ISICA, Magloire Kuakuvi, Professeur de Philosophie et de Nora Dado Amedzenu-Noviekou, Coordinatrice de WANEP-Togo. 

Rappelons que la Conférence des Évêques du Togo (CET) a déjà en octobre 2017 exhorté le Chef de l’État, Faure Gnassingbé a écouté la voix du peuple dans le courant de la crise sociopolitique que traverse le pays depuis plus d'un an.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire