ÉCHEC DES DISCUSSIONS SUR LA CENI : ME AGBOYIBO INVITE L’OPPOSITION A RÉORIENTER LA LUTTE


Les travaux de la 2e journée du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo ont été courts que prévus. Et pour cause, pouvoir et opposition ne se sont pas entendus sur la question de la composition de la CENI. Pendant ce temps, la Commission de la CEDEAO annonce l’arrivée des experts  pour appuyer la CENI dans le processus électoral en cours. Ce que trouve inadmissible Me Yawovi Agboyibo, président du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), parti membre de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition.
 
Me Yawovi Agboyibo (Photo) ne supporte pas de voir le Comité de suivi de la feuille de la route, incapable dans la résolution de la crise relative à la CENI. L’ancien Premier Ministre exige que la délégation de la CEDEAO parvienne à dire à la CENI de suspendre ses activités.

« Le problème clé du moment, c’est le fait que la CENI soit en train de fonctionner et d’accomplir les tâches comme si elle était normale. Nous sommes dans une situation de crise et ce à quoi on s’attendait, c’est que cette rencontre soit un moment de recherche de solution. Mais j’ai constaté le long des débats qu’on a tourné autour du pot », s’est emporté le leader du CAR.

Face au blocage, le « Bélier noir »  dénonce l’absence d’une réelle volonté de part et d’autre à trouver une solution au problème de la composition de la CENI.

« A un moment donné, j’ai failli quitter la salle. Mais comme nous sommes dans un groupe organisé et qu’il a été convenu de montrer notre mécontentement si la question n’a pas été abordée, j’ai gardé mon calme en espérant que ceux que nous avons placé à la tête du groupe donnent le ton. Mais cela n’a pas été le cas », a-t-il déclaré.

Au regard du coup de force qui se prépare, Me Yawovi Madji Agboyibo invite la C14 à rester vigilante et ferme vis-à-vis  du pouvoir de Faure Gnassingbé. Et surtout de changer d’orientation afin de pouvoir donner du sens aux élections qui sont en perspective. Il indique qu’il est temps pour l’opposition togolaise de savoir réellement ce qu’elle veut.

« Ce n’est pas du côté de la facilitation qu’il faut poser le diagnostic. Il est temps que nous-mêmes, en tant qu’opposition, sachons ce que nous voulons et que nous puissions le démontrer à travers nos gestes. Mais globalement, j’ai le sentiment que nous sommes dans un marché de dupes », a-t-il lancé à ses compères de la C14.

Pour l’homme de Kouvé, le relevé de conclusion sanctionnant la réunion du Comité de suivi laisse croire que la CEDEAO cautionne ce qui se fait actuellement par la CENI. Et cela risque d’envenimer la situation politique toujours tendue dans le pays, depuis le 19 août 2017.

Edem KOAMI

Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

1 commentaires:

  1. Restez toujours dans une logique réactionnaire réformiste électoraliste au lieu de prôner la révolution populaire transition, refondation ancestrale.

    RépondreSupprimer