PATRICK MESTRALLET VIENT DE DÉCIDER DE LA SUSPENSION DU PROJET DE FUSION UTB/BTCI


La décision qui fait suite au boycott de la troisième répétition générale (RG3) par le personnel des deux banques (UTB-BTCI) le dimanche dernier aggrave le problème plus qu’elle ne le résout. Elle remet en cause les revendications des employés relatives à leurs conditions de vie et de travail.

C’est depuis 2017 que le processus de la fusion des banques UTB et BTCI a été enclenché. Jusque-là contesté, la suspension du projet ce jour serait motivée par les discussions en cours avec le Fonds Monétaire International (FMI).

« Le processus de fusion est suspendu et la date effective de celle-ci reportée sine dine jusqu’à la conclusion des discussions en cours avec le FMI, relatives à d’autres options de tentatives de restructuration/sauvetage de la BTCI et de l’UTB » a écrit lundi Patrick Mestrallet (Photo)  au personnel des deux banques.

Fait notable, l’annonce de Patrick Mestrallet fait une table rase des revendications du personnel qui réclamait une harmonisation et un réajustement des salaires des deux institutions en tenant compte du niveau de catégorie et de classe avant la fusion effective UTB/BTCI pour rendre l’équité sociale et réduire les écarts significatifs entre les salaires, une conservation des avantages  acquis les mieux côtés des deux institutions, une conservation des accords d’Établissement les mieux côtés et une prime d'homologation et de fusion.
«Tous les travaux de rapprochement et d’harmonisation sont donc également suspendus. Les deux établissements bancaires reprennent leurs activités de façon autonome et indépendante », a notifié le Chef projet de fusion UTB/BTCI, aux agents des deux banques.
Le gouvernement togolais a opté pour la fusion des deux institutions afin de consolider la situation financière et renforcer les fonds propres et la solvabilité des deux banques afin de leur donner de meilleures capacités d’intervention et de soutien à l’économie nationale. La suspension du processus serait une décision de M. Mestrallet, selon les confidences.

Ajoutons que la fusion UTB/BTCI est aussi une option recommandée par le Fonds Monétaire International dans le cadre de la signature, en mai 2017, de son programme triennal de Facilité Élargie de Crédit (FEC) avec le Togo, en phase avec la volonté des autorités gouvernementales de se désengager vis-à-vis de toutes les banques publiques : « les deux banques publiques sous-capitalisées seront consolidées en une seule institution saine », avait exigé l’institution. Mais, l’opération n’a pas suscité d’offre jugée intéressante de la part de potentiels repreneurs.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire