SANI YAYA DÉNONCE L'USURPATION DE SON IDENTITÉ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ET EN APPELLE A LA VIGILANCE


Malgré les dénonciations et mise en garde du ministre Sani Yaya de l'économie et des finances, des individus mal intentionnés continuent de faire usage des compte Facebook et Messenger portant son identité. Pour une énième fois, le ministre tire sur la sonnette d'alarme et dénonce ces usurpations d'identité.

C'est à travers un communiqué que le ministre Sani Yaya (Photo) dénonce de nouveau l'usurpation de son identité sur les réseaux sociaux, à des fins d'escroquerie.

"II a été porté à l'attention de Monsieur Sani YAYA, Ministre de l'économie et des finances que des comptes Facebook et Messenger portant son nom (Sani YAYA) et sa photo ont été créés par des personnes mal intentionnées.

En effet, selon les informations recueillies, ces personnes se livrent à des tentatives d'escroquerie des internautes qui entrent en relation avec elles", souligne le communiqué.

Comme ce fut le cas lors des précédents constats d'usurpation, le ministre Sani Yaya dénonce avec la plus grande vigueur  le comportement " insensé " des personnes qui se livrent à ce jeu.

"Le Ministre de l'économie et des finances dénonce avec la plus grande vigueur cette pratique frauduleuse qui tombe sous le coup de la loi. Monsieur Sani Yaya, ministre de l'économie et des finances porte à la connaissance de tous qu'il n'a jamais ouvert de compte Facebook ni Messenger et ne communique donc pas sur ces réseaux sociaux", informe le communiqué.

Pour mettre un terme à ce scandale, une requête de fermeture a été adressée aux responsables de Facebook.

"En tout état de cause, une demande de fermeture de ces comptes frauduleux a été faite auprès de l'équipe Facebook", précise le communiqué.

Par ailleurs, Sani Yaya, ministre de l'économie et des finances, en appelle à la vigilance de tous pour éviter de tomber dans le piège de ces individus mal intentionnés.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire