ÉVÉNEMENT DE SOKODÉ: TIKPI ATCHADAM MENACE ET RÉCLAME DES SANCTIONS CONTRE LE POUVOIR DE FAURE


Bien qu'il soit contraint de fuir le Togo, son pays natal, le président du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam, ne perd pas de vu l'évolution de la crise politique au Togo. Suite à des actes barbares orchestrés par les forces de l'ordre, à Sokodé et à kparatao dans la nuit du 28 au 29 octobre, le leader du PNP a,  dans un audio, menacé le pouvoir de Lomé et a appelé expressément la CEDEAO à agir avant qu'il ne soit trop tard.
 
Dans l'audio, il a d'abord condamné cette scène qu’il juge d'acte  "rétrograde". Pour le leader du PNP cet acte justifie la volonté du régime  de Faure Gnassingbé de mettre le pays dans le chao avant de quitter le pouvoir.
D'après Tikpi Atchadam (Photo), la disparition des armes, l'état  de siège des villes de Mango, Bafilo, Sokodé et dans certains quartiers de la capitale Lomé, les rafles répétées des populations, les incendies des mosquées et des exemplaires de Corans déchirés et brûlés, les incendies des églises, les actes de vandalisme contre le nouveau siège du PNP Sokodé dans la nuit du 24 au 25  octobre ne sont pas des faits de hasard mais un  plan bien ficelé du pouvoir de Lomé 2 pour provoquer et démobiliser  les militants du parti rouge.
Pour le leader du PNP, le mot d'ordre du pouvoir est: " peuple togolais, tu nous laisse gouverner à vie ou nous te laissons un pays complètement détruit qui ne pourra jamais se relever".
Le natif de Kparatao révèle également dans son message adressé au peuple togolais que le pouvoir de Faure Gnassingbé a mis tous les moyens possible à sa disposition pour anéantir ses populations.
"En vue de la mise en œuvre de ce projet, ils ont mis de côté tous les moyens, le prologue annonçant la pièce de théâtre proprement dite est cousue de provocations. La stratégie est simple, multiplier les provocations pour obtenir la réaction supposée ou vraie de la population pour enfin justifier la mise du pays à feu et à sang. Ceci doit commencer à Lomé, Mango, Bafilo, Sokodé ou Tchamba", a-t-il souligné.
Face à cette situation délicate, Tikpi Atchadam exhorte la population à demeurer ferme pour ne pas céder aux provocations et intimidations du régime. Par la même occasion, il lance un appel  à la CEDEAO, à l’Union africaine (UA), au corps diplomatique accrédité au Togo et à toute la communauté internationale de réagir.
" Ils doivent prendre des mesures adéquates contre ce régime pyromane dont les actes pourraient réduire à néant les efforts déjà réalisés dans les autres pays de la sous-région", a-t-il suggéré.
A la CEDEAO particulièrement, Tikpi Atchadam demande de prendre des « dispositions préventives » qui s’imposent pour protéger les Togolais.
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire