LA BRVM PROMEUT LA CULTURE BOURSIÈRE DANS L’ESPACE UEMOA


Devant un parterre de dirigeants de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM), d’acteurs du Marché Financier Régional (MFR) de l’UEMOA, de chefs d’entreprises, d’investisseurs et d’étudiants, la 13ème édition des « Journées BRVM » a été ouverte  jeudi à Lomé, pour promouvoir la culture boursière. Cette édition des « Journées BRVM » se tient du 17 au 18 octobre 2018, autour du  thème : « L’innovation et le développement des marchés financiers ».

A travers ces « Journées BRVM », la BRVM veut jouer son rôle en offrant les produits et services tant aux Etats qu’aux entreprises et particulièrement aux PME pour une mobilisation plus accrue des ressources en vue du financement des économies de l’espace UEMOA.

En effet, La BRVM est la bourse commune aux huit pays de l’UEMOA. Actuellement la capitalisation du marché des actions est estimée à 5 441 milliards de Fcfa. La capitalisation du marché obligataire se chiffre à 3 290 milliards soit un total de 8 731 milliards représentant 13% du PIB de l’UEMOA. 45 sociétés, 42 emprunts obligataires sont cotées ainsi que 5 sukuks (obligations islamiques) faisant de la BRVM la première place boursière islamique de l’Afrique. A ce jour, elle est la 6e bourse africaine et la 2e bourse de la CEDEAO de par sa taille. En 2017, la bourse avait distribué 540,23 milliards de Fcfa sous forme de dividendes et d'intérêts.

Cependant, Edoh Kossi Amenounvé trouve que beaucoup reste à faire pour faire de la BRVM un acteur incontournable dans le financement à long terme des économies des pays de la zone.

Pour Kossi Tofio, directeur de cabinet du ministre togolais de l’économie et des finances, la BRVM doit être soutenue dans sa dynamique d’accroitre sa visibilité régionale et internationale afin qu’elle soit plus attractive et plus compétitive, au service du financement des économies de l’UEMOA.

« Le Gouvernement togolais, est engagé à soutenir le développement des activités du Marché Financier Régional à travers le recours régulier au marché monétaire pour des adjudications, l’émission d’emprunts obligataires pour le financement des projets d’infrastructure et la privatisation des entreprises togolaises par le biais du marché. Ensemble, œuvrons donc au rayonnement de notre marché pour une intégration toujours plus forte au profit d’une sous-région plus prospère », a-t-il déclaré.

Rappelons que depuis le démarrage de ses activités en 1998, la BRVM a su répondre en partie aux besoins de financement à long terme aussi bien des États que des entreprises en leur offrant l’opportunité de diversifier leurs sources de financement, mais le chemin à parcourir reste encore très long.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire