LE GAL YARK DAMEHANE, RESPONSABLE DE L’AGRESSION DE PASSOU ESSOWE A KARA SELON L’ANC

Dans la nuit du lundi 15 octobre, le président fédéral de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) dans la Kozah, Passou Essowè a été victime d’une agression sauvage perpétrée par une escouade d’hommes de main. Dans un communiqué rendu public  samedi, le bureau national du parti de Jean-Pierre Fabre condamne ces agressions et tient pour responsable le ministre de la sécurité et de la protection civile, Gal Yark Damehane.

D'après le communiqué de l’ANC, une escouade d’hommes de main a fait irruption au domicile de Passou Essowè à Kara dans la nuit du lundi 15 octobre, en saccageant les lieux et passant sauvagement à tabac M. Passou avant de s’enfuir, le laissant pour mort dans une mare de sang. L’intéressé n’eut la vie sauve que grâce à l’intervention secourable de quelques voisins qui l’ont transporté en lieu sûr. 

Dans le même temps, de lugubres individus du même acabit étaient également à l’œuvre à Tchamba avec l’agression d’un militant du PNP, à Solla avec l’arrestation d’un militant de la CDPA, à Badou avec  l’interpellation du vice-président local du PNP. 

Le parti orange, furieux contre les auteurs de ses agressions, condamne ces actes barbares.

"L’ANC dénonce et condamne fermement la recrudescence de ces expéditions punitives perpétrées en toute impunité par les miliciens à la solde du pouvoir RPT/UNIR et exige la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées", indique le communiqué.

L'unique responsable de ces agressions est, à en croire le bureau national de l'ANC, le ministre de la sécurité, Gal Yark Damehane.

"L’ANC tient le Ministre de la Sécurité personnellement responsable de ces agressions et des conséquences qui en découlent, d’autant qu’il n’en ignore, nullement, ni les auteurs ni les commanditaires qui circulent librement sous sa protection, sur toute l’étendue du territoire national. Tandis que de braves citoyens sont  injustement et abusivement jetés en prison dans l’exercice légitime de leurs droits et libertés  constitutionnels", précise le communiqué.

Face à ces agressions répétées sur les militants et sympathisants de l'ANC, le leader du parti, Jean-Pierre Fabre leur lance un appel à la vigilance.

Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire