DANS LES RUES, LA C14 RÉCLAME DES SANCTIONS DE LA CEDEAO CONTRE LE POUVOIR GNASSINGBE


Militants, sympathisants et responsables de la C14 étaient dans les rues de Lomé et de l'intérieur du pays ce jeudi pour le compte de la première journée des marches de protestation. Ils étaient nombreux à se mobiliser pour ces manifestations. Et une fois encore, la CEDEAO a été invitée à prendre ses responsabilités dans la résolution de la crise politique togolaise.
 
Partis de Bè-Gakpoto et du carrefour du marché de Bè pour chuter devant l’église des Assemblées de Dieu à Anfamé, les manifestants réclamaient au pouvoir de Faure Gnassingbé, l’arrêt du processus électoral, la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et la mise en œuvre des mesures d’apaisement. Ils ont également appelé la CEDEAO  à prendre des mesures fermes vis-à-vis du pouvoir de Faure Gnassingbé.
Pour  Brigitte Adjamagbo-Johnson  "l’avenir de plus de 7 millions d’âmes dépend de la réaction de l’institution sous régionale". 
De son côté, le chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre a souligné que "le processus électoral tel qu’il se déroule doit être arrêté" et a relevé la nécessité d'une "CENI inclusive et paritaire".
La coordinatrice a également dans son intervention fait part de son impression vis-à-vis de la "forte mobilisation " des manifestants. Pour elle, cette mobilisation traduit la détermination du peuple de ne céder au "passage en force" du pouvoir.
"Tout le monde sait que le pouvoir est dans l’erreur, que sa position est aux antipodes des aspirations profondes des Togolais. Si le pouvoir ne veut pas céder, ce n’est pas le peuple qui cédera", a-t-elle précisé.
La manifestation se poursuit ce samedi sur l'ensemble du territoire national.
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire