LÉGISLATIVES DU 20 DÉCEMBRE: LA HAAC FORME DES JOURNALISTES POUR UN PROCESSUS ÉLECTORAL APAISÉ


Les professionnels des médias jouent un grand rôle dans un processus électoral apaisé. Pour les amener à jouer pleinement ce grand rôle, la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a initié les 28 et 29 novembre dernier à Tsévié, une série de formation à l'endroit des journalistes et des patrons de presse.

Cette rencontre a réuni le mercredi 28 novembre 2018, une cinquantaine de patrons de presses et une soixantaine de journalistes le jeudi 29 novembre 2018. Ces deux jours de formation et d'échanges se sont déroulés autour du thème : "Le professionnalisme dans la couverture médiatique des élections législatives du 20 décembre 2018"

Pour amener les participants à comprendre le thème, trois (3) communications ont été présentées par Zeus Aziadouvo et Lalle Kanake, tous deux membres de la HAAC. Elles sont entre autres: Les enjeux et défis des élections législatives et responsabilités sociale du journaliste, Le cadre légal de la régulation des médias en période électorale et la gestion d’une rédaction en période électorale.

A travers ces communications, les deux membres de la HAAC ont rappelé tour à tour aux patrons de presse et aux  journalistes les dispositions à observer au cours de la période des élections législatives afin de contribuer à la préservation de la paix sociale, de la cohésion et du vivre ensemble.

"Les journalistes doivent s’abstenir des propos qui peuvent amener à la discorde et à la haine. Il faut qu’ils respectent aussi la dignité de la personne humaine, de la vie privée des gens", a conseillé Lalle Kanake.

Le représentant du préfet de  Zio, Victor Togbé, ouvrant les travaux de la rencontre, a aussi invité les journalistes à faire preuve de professionnalisme et responsabilité en période électorale.

"Nous voulons que les médias contribuent, à travers leurs différents reportages et émissions, à maintenir le climat de paix et de concorde nationale que le gouvernement s’est attaché à construire, afin de permettre aux Togolais de vaquer librement à leurs occupations et d’apporter leur part au développement du pays", a-t-il indiqué.
Cette rencontre d'échanges, rappelons-le est financée par la Coopération française, à travers le Projet de Formation et d’Appui au Secteur de l’Audiovisuel et des Médias (PROFAMED).
Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire